Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésite, dans un marché douché par des propos de Ben Bernanke

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient mardi en fin d'échanges européens, dans un marché douché par des propos jugés décevants du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Ben Bernanke, mais toujours soutenu par un regain de tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, et dont mardi est le premier jour comme contrat de référence, valait 103,67 dollars, en hausse de 31 cents par rapport à la clôture de lundi.

Il perdait nettement du terrain après être monté vers 11H45 GMT à 104,75 dollars, son plus haut niveau depuis le 30 mai.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août perdait 25 cents à 88,18 dollars.

Les cours du brut ont battu en retraite peu après l'ouverture de la place new yorkaise, dans un marché déçu par l'audition du président de la banque centrale des Etats-Unis, Ben Bernanke, devant le Congrès américain.

Ce dernier a dressé un tableau morose de l'économie du pays, premier consommateur de brut, et réitéré que son institution était prête à soutenir davantage la reprise, mais n'a fourni aucun détail sur d'éventuelles mesures de soutien de la Fed à l'économie, décevant les attentes des investisseurs.

De telles mesures se traduisent habituellement par des injections de liquidités, susceptibles d'alimenter les investissements dans les matières premières mais aussi de diluer la valeur du dollar.

Signe de la déception des investisseurs, le dollar se renchérissait mardi, contribuant à rendre moins attractifs pour les investisseurs munis d'autres devises, les achats de brut libellés dans la monnaie américaine.

Cependant "le prix du Brent se maintenait en territoire positif", porté notamment par "les tensions accrues dans le Golfe", soulignait Michael Hewson, analyste du courtier CMC Markets.

Des parlementaires iraniens ont ainsi débattu ce week-end d'une loi visant à fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite 35% du trafic maritime pétrolier mondial, en réaction aux sanctions internationales contre Téhéran, "une rhétorique hostile qui ne contribue pas à la stabilité dans la région", soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Par ailleurs, les tensions dans la région étaient attisées par un incident impliquant lundi un navire américain dans le détroit d'Ormuz.

Un pétrolier-ravitailleur américain a ouvert le feu, au large des côtes des Emirats arabes unis, sur un petit bateau à moteur jugé menaçant.

"Ce type d'incident conforte la position des responsables iraniens plus conservateurs qui veulent que le pays adopte une position plus offensive contre les pays occidentaux", notamment les Etats-Unis dont la flotte dans la région est jugée source d'insécurité par les Iraniens, observaient les experts du cabinet viennois JBC Energy.

Toutefois, les prix pourraient à court terme se retrouver sous pression, "le marché devant refléter les fondamentaux d'un environnement économique morose (pesant sur la demande mondiale de brut)" et de stocks américains de brut proches de niveaux records, observait M. Hewson.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le Département américain de l'Energie (DoE) devrait faire état mercredi d'une hausse de 500'000 barils des stocks américains de brut lors de la semaine achevée le 13 juillet.

rp



(AWP / 17.07.2012 18h53)


Commenter Le brut hésite, dans un marché douché par des propos de Ben Bernanke


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 22 octobre 2017 à 14:14

Syrie: une alliance arabo-kurde prend à l'EI un important ch…

Beyrouth: Des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington se sont emparés dimanche de l'un des plus importants champs pétroliers de Syrie...

samedi 21 octobre 2017 à 15:33

Pétrole: l'Irak accroît sa production dans le sud (ministre)

Bagdad: L'Irak a accru depuis samedi de 200.000 barils par jour sa production pétrolière dans le sud du pays pour compenser celle...

vendredi 20 octobre 2017 à 21:10

Le pétrole monte légèrement, prudent face à la situation en …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en légère hausse vendredi à l'issue d'une séance hésitante, les investisseurs gardant un oeil sur...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:25

Chevron suspend ses opérations dans le Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé vendredi suspendre "temporairement" ses opérations au Kurdistan irakien, région secouée par des tensions...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:05

Le pétrole remonte dans un marché hésitant

Londres: Les cours du pétrole se retournaient à la hausse vendredi en fin d'échanges européens dans un marché hésitant sur la semaine...

vendredi 20 octobre 2017 à 15:20

Le pétrole, gardant un oeil sur l'Irak, ouvre en baisse à Ne…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York baissait vendredi à l'ouverture, alors que les tensions en Irak...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:49

A Kirkouk, le retour des employés irakiens du pétrole chassé…

Bay hassan (irak): Ils ont renfilé leurs combinaisons grises et inspectent leurs installations en attendant le feu vert pour reprendre le pompage...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:23

Ordonnances: la CGT pétrole décidera mercredi des modalités …

Paris: La CGT pétrole, qui a menacé lundi de lancer une grève dans le secteur faute de l'ouverture "immédiate" d'une négociation pour...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:13

Le pétrole en berne, la situation s'apaise en Irak

Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau vendredi en cours d'échanges européens alors que les Kurdes irakiens indépendantistes ont ouvert le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite