Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule, craintes pour la demande et dollar renchéri pèsent

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole poursuivaient leur repli jeudi en fin d'échanges européens, pénalisés par les craintes persistantes pour la demande mondiale de brut et un net renchérissement du dollar, dans un marché de surcroît prudent avant l'estimation de la croissance chinoise.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, valait 99,44 dollars, en baisse de 79 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,08 dollar cents à 84,73 dollars.

"Les cours du pétrole ont chuté à l'unisson des marchés boursiers et de l'euro", la monnaie unique tombant à son plus bas niveau depuis deux ans face au dollar, alors que les investisseurs fuyaient les actifs jugés risqués, observait Addison Armstrong, analyste du courtier Tradition Energy.

Le renchérissement du billet vert face à un euro affaibli rend moins attractifs les achats de brut, libellés en dollars, pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les prix de l'or noir avaient reçu "un solide soutien mercredi après le repli prononcé des stocks de brut aux Etats-Unis", qui ont reculé quatre fois plus que prévu lors de la semaine achevée le 6 juillet, mais "les inquiétudes sur la demande mondiale ont limité la hausse des cours" et dominaient le marché jeudi, soulignait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Selon lui, "les échanges restaient extrêmement nerveux" en raison des incertitudes macroéconomiques persistantes.

Ainsi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) mercredi puis l'Agence internationale de l'Energie (AIE) jeudi ont toutes deux laissé quasi-inchangées leurs prévisions de demande mondiale de brut pour 2012, mais ont souligné une dégradation des conditions économiques qui pèse sur la consommation énergétique des pays développés.

"Leurs rapports maussades" ont alimenté la nervosité du marché, renforcée par ailleurs par "une baisse surprise du taux d'intérêt par la banque centrale de Corée du Sud", qui a avivé les craintes sur la santé économique de ce grand pays consommateur de brut, "et un nouveau ralentissement de la production industrielle de la zone euro en mai", poursuivait M. Armstrong.

Dans ce contexte, la marché a pratiquement ignoré l'annonce d'une forte baisse des nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis sur la première semaine de juillet.

"Le marché manque clairement de direction, tiraillé entre d'une part les tensions sur l'offre avec la perte d'une partie du pétrole de l'Iran (en raison d'un embargo de l'Union européenne sur le brut iranien entré totalement en vigueur le 1er juillet, ndlr) et d'autre part une série d'indicateurs moroses sur l'économie des grands pays consommateurs", indiquaient les experts du cabinet viennois JBC Energy.

La situation de la Chine, deuxième pays consommateur de brut, figure notamment au centre des préoccupations des investisseurs, qui restaient sur leurs gardes avant un rapport attendu vendredi sur la croissance économique chinoise, qui devrait confirmer un net ralentissement de l'économie du géant asiatique.

"Il est possible que la Chine publie pour le deuxième trimestre 2012 son plus faible taux de croissance (de son Produit intérieur brut) en trois ans, ce qui devrait nourrir encore davantage les craintes sur sa demande de pétrole", notait Addison Armstrong.

rp



(AWP / 12.07.2012 18h35)


Commenter Le brut recule, craintes pour la demande et dollar renchéri pèsent


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 22 octobre 2017 à 14:14

Syrie: une alliance arabo-kurde prend à l'EI un important ch…

Beyrouth: Des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington se sont emparés dimanche de l'un des plus importants champs pétroliers de Syrie...

samedi 21 octobre 2017 à 15:33

Pétrole: l'Irak accroît sa production dans le sud (ministre)

Bagdad: L'Irak a accru depuis samedi de 200.000 barils par jour sa production pétrolière dans le sud du pays pour compenser celle...

vendredi 20 octobre 2017 à 21:10

Le pétrole monte légèrement, prudent face à la situation en …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en légère hausse vendredi à l'issue d'une séance hésitante, les investisseurs gardant un oeil sur...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:25

Chevron suspend ses opérations dans le Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé vendredi suspendre "temporairement" ses opérations au Kurdistan irakien, région secouée par des tensions...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:05

Le pétrole remonte dans un marché hésitant

Londres: Les cours du pétrole se retournaient à la hausse vendredi en fin d'échanges européens dans un marché hésitant sur la semaine...

vendredi 20 octobre 2017 à 15:20

Le pétrole, gardant un oeil sur l'Irak, ouvre en baisse à Ne…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York baissait vendredi à l'ouverture, alors que les tensions en Irak...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:49

A Kirkouk, le retour des employés irakiens du pétrole chassé…

Bay hassan (irak): Ils ont renfilé leurs combinaisons grises et inspectent leurs installations en attendant le feu vert pour reprendre le pompage...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:23

Ordonnances: la CGT pétrole décidera mercredi des modalités …

Paris: La CGT pétrole, qui a menacé lundi de lancer une grève dans le secteur faute de l'ouverture "immédiate" d'une négociation pour...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:13

Le pétrole en berne, la situation s'apaise en Irak

Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau vendredi en cours d'échanges européens alors que les Kurdes irakiens indépendantistes ont ouvert le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite