Menu
RSS
A+ A A-

Les exercices militaires de l'Iran soutiennent le brut new-yorkais

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont fini en forte hausse mardi à New York, soutenus par les exercices militaires menés par l'Iran deux jours après l'entrée en vigueur de l'embargo européen visant son pétrole.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août est monté de 3,91 dollars par rapport à lundi, finissant à 87,66 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE), a terminé à 100,68 dollars, en hausse de 3,34 dollars par rapport à la clôture de lundi.

Il s'est hissé jusqu'à 101,58 dollars vers 13H45 GMT, au plus haut depuis le 11 juin.

"Tout le monde réagit de manière excessive à ce qui se passe" au Moyen-Orient, a estimé Phil Flynn, de Price Future Group, tout en notant que "l'un des pires trimestres depuis longtemps s'achève, ce qui explique qu'on veuille tenter de rebondir".

La forte hausse de mardi s'explique "par le retour de la prime de risque iranienne", soutenue par les exercices militaires menés par Téhéran, a-t-il expliqué.

La République islamique a en effet lancé mardi des dizaines de missiles balistiques lors de la simulation d'une attaque contre une "base militaire ennemie". Dans le même temps, selon le New York Times (NYT), les Etats-Unis ont renforcé leur présence militaire dans le Golfe afin d'empêcher toute fermeture du détroit d'Ormuz, où transite 35% du pétrole brut transporté par voie maritime dans le monde, et de pouvoir frapper l'Iran en cas de crise majeure.

Ce renforcement intervient alors que quelque 120 députés iraniens ont signé un projet de loi visant à interdire le passage du détroit d'Ormuz aux pétroliers se rendant vers les pays européens, qui ont imposé le 1er juillet un embargo contre le pétrole iranien.

"Bien que la probabilité de voir une telle loi adoptée, et respectée, soit basse, cela suffit à influencer le marché", a noté Eric Bickel, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

Téhéran avait déjà menacé au début de l'année de fermer le détroit d'Ormuz, en réponse au durcissement des sanctions internationales contre le pays, soupçonné par les Occidentaux de développer un programme nucléaire à visée militaire.

"Il n'y a pas que ça qui fait bouger le pétrole aujourd'hui", a fait remarquer Bart Melek, de TD Securities: les opérateurs sont également encouragés par "les spéculations toujours plus fortes concernant de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire de la Réserve fédérale".

Ces spéculations sont alimentées par l'imminence d'une réunion de la BCE. La Banque centrale européenne (BCE) tient une réunion de politique monétaire jeudi, à l'issue de laquelle elle pourrait décider de baisser son principal taux directeur mais aussi prendre de nouvelles mesures de soutien à l'économie.

"Il y a beaucoup d'espoir de voir la BCE se lancer dans une opération d'assouplissement monétaire, le marché semble confiant", a dit M. Flynn.

Enfin, les opérateurs suivaient l'évolution de la situation en Norvège où une grève dans le secteur pétrolier "continue à soutenir les prix", a indiqué Barclays.

Ce mouvement social, débuté le 24 juin, entraîne une perte quotidienne de quelques 240'000 barils de pétrole, soit environ 10% de l'offre totale d'or noir du pays, huitième exportateur de brut de la planète, selon des chiffres de l'organisation patronale norvégienne.

Alors que les marchés commencent à regarder en direction du gouvernement, celui-ci a fait valoir à l'AFP qu'il "suit le conflit de près" mais qu'il "est inutile pour l'instant de demander une intervention" de l'Etat.

La grève concerne 708 employés travaillant pour le groupe norvégien Statoil (le seul touché par l'arrêt de la production), la division norvégienne du géant britannique BP et ESS Support Services, détenu par le britannique Compass Group.

rp



(AWP / 04.07.2012 06h21)


Commenter Les exercices militaires de l'Iran soutiennent le brut new-yorkais


Le pétrole en Iran


lundi 27 novembre 2017

L'Irak veut développer ses champs pétroliers près de l'Iran …

Bagdad: L'Irak a appelé lundi les compagnies étrangères à explorer et exploiter huit champs pétroliers et gaziers sur sa frontière avec l'Iran...

mardi 11 juillet 2017

Hydrocarbures: l'Iran espère signer 10 contrats dans les pro…

Istanbul: Dans la foulée du contrat conclu avec un consortium international mené par le français Total, l'Iran espère signer "environ dix contrats...

dimanche 02 juillet 2017

Total, premier pétrolier occidental de retour en Iran avec u…

Téhéran: Le groupe pétrolier français Total, à la tête d'un consortium international, va signer lundi à Téhéran un accord de 4,8 milliards...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:12

Le Liban donne son feu vert pour les premières explorations …

Beyrouth: Le gouvernement libanais a approuvé jeudi une offre présentée par un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et...

jeudi 14 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole, plombé par l'offre américaine, ouvre en baisse à…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture jeudi, plombé par la progression constante de la production américaine de brut...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite