Menu
RSS
A+ A A-

Le marché du brut a déjà intégré l'embargo sur l'Iran, reste vigilant

prix-du-petrole Londres Londres : L'embargo européen total sur le brut iranien ne devrait pas ébranler à court terme le marché du pétrole, surapprovisionné et ayant déjà largement intégré les sanctions contre Téhéran, mais il pourrait raviver plus tard des tensions sur l'offre mondiale, selon des experts.

L'embargo sur les exportations pétrolières iraniennes, décidé en janvier par l'Union européenne (UE), doit rentrer en vigueur ce dimanche, mais "il ne faut pas s'attendre à une réaction violente des prix du baril, car son impact a déjà été pris en compte", a estimé James Williams, analyste de WTRG Economics.

"Le marché ne va pas se réveiller lundi pour découvrir qu'il y a un embargo", a ironisé de son côté Harry Tchilinguirian, analyste chez BNP Paribas.

Les pays de l'UE, qui achetaient 20% des exportations iraniennes en 2011, "ont déjà pris leurs dispositions ces derniers mois pour s'assurer des sources d'approvisionnements alternatives" et ont donc déjà pratiquement mis fin à leur commerce avec l'Iran, a-t-il expliqué à l'AFP.

"Mais la grande question, c'est comment les sanctions de l'Europe vont aussi affecter les pays asiatiques", a-t-il reconnu.

LA CORÉE SUSPEND

Comme 85% des assurances des transports maritimes de pétrole dans le monde sont européennes, le Japon, l'Inde ou la Corée du sud, qui accaparaient en 2011 à eux trois 40% du brut iranien, subissent une forte pression pour se tourner vers d'autres fournisseurs.

La Corée du Sud a annoncé qu'elle allait "suspendre" ses importations d'Iran à partir du 1er juillet, tandis que le Japon a déjà réduit les siennes de 47% depuis un an.

Au total, en raison des sanctions, les exportations iraniennes ont déjà chuté de 40% ces six derniers mois, soit environ 1 million de barils par jour (mbj), selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

Autant de barils qu'il faut remplacer: "mais il est plus facile pour les autres producteurs de compenser la perte de l'offre iranienne en raison du ralentissement de la demande mondiale" dans un contexte économique morose, a observé Julian Jessop, analyste de Capital Economics.

Si les sanctions sur l'Iran n'ont pas provoqué de pénurie sur le marché du brut, c'est aussi grâce à un fort gonflement de l'offre de la Libye, de l'Irak mais surtout de l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, dont l'offre dépasse depuis avril le niveau historique de 10 mbj.

Le pays, soucieux de bien approvisionner le marché, a par ailleurs annoncé en mai avoir constitué des réserves de 80 millions de barils à cet effet.

Cette abondance apparente d'or noir, qui a gonflé les stocks mondiaux face à une consommation terne, a contribué à faire dégringoler les cours du baril, qui ont chuté à Londres de 30%, depuis un sommet à 128 dollars début mars.

MARCHÉ VULNÉRABLE À DE NOUVEAUX CHOCS

Mais les risques à plus long terme restent réels: "le surplus de l'offre saoudienne peut être vu comme une simple précaution" anticipant une baisse encore plus prononcée de la production iranienne, ont averti les analystes de Barclays Capital.

De plus, les Saoudiens se préoccupent aussi de leur propre consommation nationale de brut, qui augmente en été de quelque 500'000 barils par rapport à l'hiver pour alimenter leurs systèmes de climatisation, ce qui entame les marges d'exportation du pays, a renchéri Torbjorn Kjus, de DNB Markets.

Enfin, les efforts de l'Arabie pour pomper davantage réduisent d'autant ses capacités de production non utilisées et rendent le marché bien plus vulnérable à de nouveaux chocs.

"Si ces capacités excédentaires de l'Opep tombent en-dessous de 2 mbj, elles ne seront plus nécessairement suffisantes pour faire face à d'autres interruptions imprévues de l'offre de brut" ailleurs dans le monde "et ça rendra le marché nerveux", a souligné Harry Tchilinguirian.

rp



(AWP / 29.06.2012 14h31)


Commenter Le marché du brut a déjà intégré l'embargo sur l'Iran, reste vigilant


Le pétrole en Iran


dimanche 14 janvier 2018

Le pétrolier iranien en flammes au large de la Chine a coulé…

pékin: Un pétrolier iranien en feu a coulé huit jours après sa collision au large de la Chine, ont rapporté dimanche les...

jeudi 11 janvier 2018

Chine: le pétrolier toujours en feu, début de polémique en I…

Pékin: La Chine tentait toujours jeudi d'éteindre le feu à bord d'un pétrolier iranien au large de ses côtes, tandis qu'en Iran...

lundi 27 novembre 2017

L'Irak veut développer ses champs pétroliers près de l'Iran …

Bagdad: L'Irak a appelé lundi les compagnies étrangères à explorer et exploiter huit champs pétroliers et gaziers sur sa frontière avec l'Iran...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 19 janvier 2018 à 20:56

La hausse de la production américaine d'or noir pèse sur le …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais et londonien ont terminé en baisse vendredi, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) ayant à...

vendredi 19 janvier 2018 à 18:14

Le pétrole recule, l'AIE alarme avec ses prévisions sur les …

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en fin d'échanges européens, en baisse nette sur la semaine alors que l'Agence internationale de...

vendredi 19 janvier 2018 à 15:24

Le pétrole new-yorkais lesté à l'ouverture par l'offre améri…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture vendredi alors que l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a à son tour...

vendredi 19 janvier 2018 à 12:12

Le pétrole recule, l'AIE prévoit une production américaine r…

Londres: Les prix du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que les inquiétudes du marché sur un éventuel bond de...

vendredi 19 janvier 2018 à 10:07

Pétrole: record de production en vue aux Etats-Unis, le rééq…

Paris: En dépassant les 10 millions de barils par jour, les Etats-Unis devraient battre leur record historique de production d'or noir cette...

vendredi 19 janvier 2018 à 05:42

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient vendredi en Asie sous l'effet de prises de bénéfices et d'inquiétudes sur une augmentation de la...

jeudi 18 janvier 2018 à 20:57

Le pétrole hésite à New York entre baisse des stocks et haus…

NYC/Cours de clôture: Le prix du pétrole new-yorkais a terminé quasi inchangé jeudi, le marché hésitant entre une nouvelle baisse importante des...

jeudi 18 janvier 2018 à 19:10

TransCanada sécurise les contrats pour la construction du Ke…

Montréal: L'opérateur canadien TransCanada a annoncé jeudi avoir sécurisé des contrats de livraisons de pétrole sur 20 ans permettant d'engager la construction...

jeudi 18 janvier 2018 à 18:18

Le pétrole hésite, entre pessimisme de l'Opep et un rapport …

Londres: Les cours du pétrole hésitaient jeudi en fin d'échanges européens alors que l'Opep a relevé ses prévisions sur la production américaine...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite