Menu
RSS

Le brut chute sous 80 dollars, dans un marché inquiet et sous pression

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Le pétrole a terminé jeudi sous le seuil de 80 dollars à New York pour la première fois en huit mois, après avoir perdu près du tiers de sa valeur depuis son sommet de mars, dans un contexte d'inquiétude croissante pour la demande et d'une offre toujours plus abondante.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août a plongé jeudi de 3,25 dollars par rapport à la veille et a terminé à son plus bas depuis octobre, à 78,20 dollars.

De même, à Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE), a fortement chuté de 3,46 dollars à 89,23 dollars, sous la barre des 90 dollars, à un niveau plus vu depuis décembre 2010.

Alors qu'il y a encore quelques mois, les dirigeants des grandes puissances occidentales s'interrogeaient sur un éventuel recours à leurs réserves stratégiques pour contrer la flambée des cours (le WTI a franchi la barre des 110 dollars en mars), le plongeon actuel n'étonnait qu'à moitié les analystes.

"Il est vrai que c'est assez surprenant de voir à quel point les cours se sont effondrés depuis peu, mais en même temps, la question de la surproduction est critique et les perspectives sont alarmantes pour la demande", a remarqué Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates.

Outre des craintes persistantes pour la zone euro, dont les dirigeants peinaient à empêcher une contagion de la crise de la dette, les récents indicateurs économiques des deux côtés de l'Atlantique accentuaient la pression sur les cours du brut.

"Les nouvelles économiques sont de pire en pire", a noté Matt Smith, de Summit Energy (Schneider Electric).

Mercredi, la banque centrale des Etats-Unis (Fed) a fait part de l'abaissement de ses prévisions de croissances pour l'économie américaine et a revu en hausse sa prévision du chômage, alors que l'économie de la zone euro enregistrait sa plus forte contraction depuis trois ans au deuxième trimestre.

"La récession représente la plus grande menace pour les prix du brut", a rappelé James Williams, de WTRG Economics.

Et, "bien que la baisse actuelle du prix du brut pourrait aider la demande", a remarqué Andy Lipow, un nombre croissant d'opérateurs craignent une nouvelle chute des prix à court terme, jusqu'à 70 dollars le baril.

D'autre part, "la situation de surplus sur le front de l'approvisionnement risque de (maintenir) les prix sous pression (baissière)", ont prévenu les analystes de Commerzbank.

Le département de l'Energie américain a fait état jeudi d'un gonflement inattendu des stocks de brut de 2,9 millions de barils lors de la semaine achevée le 15 juin, à un niveau proche d'un record en 22 ans atteint en mai.

Mais, outre une production d'or noir de plus en plus importante aux Etats-Unis, "c'est maintenant au tour de l'Arabie saoudite (le premier producteur mondial de brut, ndlr) et des autres membres de l'Opep de réduire le surplus actuel pour faire baisser les prix", selon Commerzbank.

Plusieurs ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avaient évoqué la semaine dernière, avant une réunion à Vienne, la possibilité de recourir ultérieurement à une réunion extraordinaire du cartel si les prix s'enfonçaient sous 90 dollars le baril à Londres.

"Si les prix tombent sous 90 dollars, nous nous réunirons pour prendre une décision", avait alors souligné le Libyen Abdelrahmane ben Yazza.

"Il est habituel que le président de l'Opep (actuellement le ministre irakien Abdel-Karim al-Luaybi, ndlr) convoque une réunion des ministres si quelque chose d'extraordinaire arrive sur le marché", a expliqué le secrétaire général du cartel Abdallah el-Badri après la réunion.

"Mais nous n'avons pas discuté du niveau de prix (minimum) pour une telle réunion, et nous n'avons pas programmé une telle réunion extraordinaire", a-t-il insisté.

La prochaine rencontre, ordinaire, de l'Opep aura lieu le 12 décembre à Vienne.

rp



(AWP / 22.06.2012 06h21)


Commenter Le brut chute sous 80 dollars, dans un marché inquiet et sous pression

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite