Menu
RSS
A+ A A-

Le brut tombe sous 80 dollars à New York, inquiétudes sur la demande

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole accentuaient leur repli jeudi en fin d'échanges européens, évoluant sous 80 dollars à New York pour la première fois en huit mois, minés par des inquiétudes sur la demande après l'absence de nouvelles mesures de la Fed et une salve d'indicateurs moroses.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, valait 90,82 dollars, en baisse de 1,87 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Il est descendu vers 15H30 GMT à 90,30 dollars, au plus bas depuis le 10 décembre 2010.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance, lâchait quant à lui 1,90 dollar à 79,55 dollars, évoluant sous le seuil de 80 dollars depuis la première fois depuis début octobre.

"Les investisseurs réagissent aux perspectives de plus en plus ternes de l'économie mondiale en se désengageant du marché du brut", vu comme un actif à risques, observait David Morrison, analyste du courtier GFT Markets.

Les opérateurs ont ainsi digéré jeudi une salve de statistiques décevantes, de mauvais augure pour la demande pétrolière mondiale.

Dès les échanges asiatiques, les cours du baril ont été sous la pression de l'annonce d'une nouvelle baisse de l'activité manufacturière en Chine, deuxième pays consommateur de brut au monde, où elle a atteint en juin son plus bas niveau en sept mois, selon un indice publié par la banque HSBC.

L'activité du secteur privé en Europe a quant à elle enregistré en juin une nouvelle contraction, et "pour noircir encore le tableau, l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a aussi diminué en juin et les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis se sont avérées décevantes", continuait M. Morrison.

La situation de la zone euro, et en particulier la santé de l'économie espagnole, minée par les difficultés du secteur bancaire du pays, contribuait également à alimenter le repli du marché, qui redoute de voir l'Espagne contrainte de demander un plan de sauvetage international.

De plus, "certains investisseurs se montrent déçus que la Réserve fédérale américaine (Fed) n'ait pas mentionné de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire", expliquait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

De telles injections ont pour effet de stimuler les investissements dans les matières premières, mais aussi de diluer la valeur du dollar.

La Fed ayant écarté jeudi de renouveler ce type de mesure, le billet vert se trouvait en conséquence revigoré jeudi, ce qui contribuait à rendre moins attractifs les achats de brut libellés en dollars pour les investisseurs munis d'autres devises.

"L'absence de nouvel assouplissement monétaire (de la part de la Fed) amoindrit la perspective de nouveaux flux d'investissements alimentant les marchés des matières premières et du pétrole", soulignait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix.

Pour les analystes de Barclays Capital, après avoir déjà dégringolé de 35 dollars en l'espace de trois mois, "il semble que les prix du baril n'ont pas encore atteint un plancher" et pourraient donc descendre encore plus bas.

"Tant qu'une solution permanente n'aura pas été trouvée aux problèmes de la zone euro, l'économie mondiale devrait rester empêtrée dans la crise actuelle, et l'aversion persistante (des opérateurs) pour les actifs risqués devrait rendre difficile tout rebond durable des prix du pétrole", estimaient-ils.

rp



(AWP / 21.06.2012 18h30)


Commenter Le brut tombe sous 80 dollars à New York, inquiétudes sur la demande


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 22 octobre 2017 à 14:14

Syrie: une alliance arabo-kurde prend à l'EI un important ch…

Beyrouth: Des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington se sont emparés dimanche de l'un des plus importants champs pétroliers de Syrie...

samedi 21 octobre 2017 à 15:33

Pétrole: l'Irak accroît sa production dans le sud (ministre)

Bagdad: L'Irak a accru depuis samedi de 200.000 barils par jour sa production pétrolière dans le sud du pays pour compenser celle...

vendredi 20 octobre 2017 à 21:10

Le pétrole monte légèrement, prudent face à la situation en …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en légère hausse vendredi à l'issue d'une séance hésitante, les investisseurs gardant un oeil sur...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:25

Chevron suspend ses opérations dans le Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé vendredi suspendre "temporairement" ses opérations au Kurdistan irakien, région secouée par des tensions...

vendredi 20 octobre 2017 à 18:05

Le pétrole remonte dans un marché hésitant

Londres: Les cours du pétrole se retournaient à la hausse vendredi en fin d'échanges européens dans un marché hésitant sur la semaine...

vendredi 20 octobre 2017 à 15:20

Le pétrole, gardant un oeil sur l'Irak, ouvre en baisse à Ne…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York baissait vendredi à l'ouverture, alors que les tensions en Irak...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:49

A Kirkouk, le retour des employés irakiens du pétrole chassé…

Bay hassan (irak): Ils ont renfilé leurs combinaisons grises et inspectent leurs installations en attendant le feu vert pour reprendre le pompage...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:23

Ordonnances: la CGT pétrole décidera mercredi des modalités …

Paris: La CGT pétrole, qui a menacé lundi de lancer une grève dans le secteur faute de l'ouverture "immédiate" d'une négociation pour...

vendredi 20 octobre 2017 à 12:13

Le pétrole en berne, la situation s'apaise en Irak

Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau vendredi en cours d'échanges européens alors que les Kurdes irakiens indépendantistes ont ouvert le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite