Menu
RSS

L'Opep, inquiète pour la demande, mais soucieuse de préserver les prix

prix-du-petrole Vienne Vienne : Les pays de l'Opep, qui viennent de reconduire leur quota de production, s'inquiètent des risques d'un effondrement de la demande mondiale de brut dans un contexte économique incertain, mais se montrent avant tout soucieux d'enrayer la chute des prix du baril.

Réunis mercredi et jeudi à Vienne, les douze ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont les pays pompent environ un tiers de l'offre mondiale d'or noir, ont exprimé leurs vives préoccupations face à la santé défaillante de l'économie mondiale.

"Le système capitaliste connaît une crise profonde (...) qui a transformé en menace claire et imminente la possibilité d'un effondrement de la demande mondiale de pétrole", a lancé le ministre vénézuélien du Pétrole Rafael Ramirez.

Le ralentissement de la croissance aux Etats-Unis et en Chine, les deux plus grands pays consommateurs de brut, tout comme la crise persistante de la zone euro, "risquent d'accroître la pression sur la demande de brut", a renchéri son homologue angolais José Maria Botelho de Vasconcelos.

STOCKS US À DES NIVEAUX PLUS VUS DEPUIS 1990

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) n'a pas contribué à alléger l'ambiance, en révisant une nouvelle fois en baisse mercredi sa prévision de demande mondiale de pétrole pour 2012.

Symptômes inquiétants, les stocks américains de brut évoluent à des niveaux plus vus depuis 1990, et les cours du baril se sont effondrés de 30 dollars en trois mois, tombant à Londres sous le seuil de 100 dollars.

"L'économie mondiale pourrait profiter de cette baisse des prix, qui agirait comme une sorte de stimulant pour la croissance", a avancé Gary Hornby, analyste de la firme énergétique britannique Inenco.

Et c'est d'ailleurs autant pour soulager une économie mondiale à la peine que pour compenser la baisse des exportations iraniennes, minées par les sanctions internationales, que l'Arabie saoudite, principal producteur du cartel, a dit gonfler son offre depuis décembre.

DES PRIX STABLES AU-DESSUS DE 100 USD SONT UN MINIMUM

Mais la plupart des ministres de l'Opep ne l'entendent pas de cette façon: effrayés par la dégringolade des prix, beaucoup ont indiqué leur souhait de voir les cours remonter au-dessus de 100 dollars.

"Des prix stables au-dessus de 100 dollars représentent le minimum nécessaire pour que les ressources pétrolières continuent" d'être développées, a insisté M. Ramirez, une opinion partagée par ses homologues angolais et libyen.

L'Iran et le Venezuela, les membres les plus conservateurs du cartel, ont mis fermement en cause les pays du Golfe, accusés selon eux d'entretenir "un excès de production".

Alors que l'offre cumulée du cartel se hissait en mai à 31,86 millions de barils par jour (mbj) selon l'AIE, les ministres de l'Opep se sont accordés jeudi à reconduire leur plafond de production de 30 mbj décidé en décembre, en se contentant d'exiger une meilleure discipline collective.

Et avec l'espoir qu'une baisse de l'offre d'or noir suffise à stabiliser les prix.

"Les Saoudiens étaient probablement désireux de parvenir à un consensus, et puisque leur niveau de prix idéal, qu'ils avaient précédemment fixé à 100 dollars, a été atteint, il serait logique de les voir restreindre effectivement leur offre", a commenté Filip Petersson, analyste de la banque suédoise SEB.

Cependant, si les prix se maintiennent à leur niveau actuel sans plonger plus bas, une véritable baisse de la production de l'Opep pourrait s'avérer malgré tout fort hypothétique, a-t-il averti.

De fait, les exportations saoudiennes diminuent de toute manière sensiblement durant l'été, en raison d'une plus grande consommation interne de brut pour alimenter les systèmes de climatisation.

Par ailleurs, le renforcement traditionnel de la consommation pétrolière dans l'hémisphère nord durant l'été et à l'approche de l'hiver "pourrait contribuer à absorber l'excédent de pétrole sur le marché", a ajouté M. Petersson.

rp



(AWP / 15.06.2012 12h01)


Commenter L'Opep, inquiète pour la demande, mais soucieuse de préserver les prix

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite à New York d'une baisse de la production …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi à New York, le marché accueillant positivement l'annonce...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite