Menu
RSS
A+ A A-

PÉTROLE

prix-du-petrole Montreal Montreal : Les États-Unis affichent une envolée spectaculaire de leur production de pétrole et de gaz et pourraient surpasser l'Arabie Saoudite et la Russie d'ici 10 ans, selon un responsable américain qui s'exprimait mardi au Forum économique des Amériques à Montréal.

"Certains chiffres sautent aux yeux", a déclaré Daniel Sullivan, haut commissaire du ministère des Ressources naturelles de l'État d'Alaska, à un panel d'experts réunis au Forum qui se tient jusqu'à jeudi à Montréal.

M. Sullivan a expliqué que les États-Unis avaient produit au dernier trimestre six millions de barils de pétrole conventionnel et non-conventionnel (issu des sables bitumineux, ndlr) par jour, ajoutant : "cela n'est jamais arrivé depuis 15 ans".

Depuis 2008, les États-Unis ont produit 1,6 million de barils par jour de plus et, en 2011, ils ont enregistré la plus grosse augmentation de production de pétrole de tous les pays hors OPEP, a déclaré le haut commissaire américain devant des centaines de participants au Forum.

Ces chiffres sont à comparer à la production quotidienne de l'Arabie Saoudite, le plus gros producteur de pétrole de l'OPEP, qui s'est élevée à 9,923 millions de barils au mois de mars et à 9,920 millions de baril pour la Russie, selon les chiffres de la JodiOil (Joint Organization Data Initiative, programme commun de données de l'industrie pétrolière, ndlr).

À l'horizon 2020, "les États-Unis pourraient devenir le plus important producteur d'hydrocarbures - de pétrole et de gaz - au monde, supplantant ainsi la Russie et l'Arabie Saoudite" a affirmé M. Sullivan.

Rien qu'en Alaska, le potentiel des forages en mer serait plus important que dans n'importe quel autre pays. Il est estimé à 40 milliards de barils de pétrole conventionnel, selon une étude de l'Institut américain d'études géologiques.

Le président des États-Unis, Barack Obama, a indiqué que les ressources de pétrole en mer pourraient réduire le risque d'interruption des livraisons. Son gouvernement a mis sur pied une stratégie énergétique qui équilibre les intérêts économiques et les préoccupations environnementales, en particulier dans l'Arctique.

En novembre dernier, le gouvernement américain a approuvé de nouveaux projets de forages de pétrole et de gaz dans le Golfe du Mexique, au large de l'Alaska et sur le territoire très protégé de l'Arctique. Mais pour l'instant, l'exploration n'est pas permise dans les zones très sensibles politiquement que sont les côtes de l'Atlantique ou du Pacifique, la côte est du Golfe du Mexique, le long de la côte de Floride.

Sauf contre-ordre de dernière minute, Shell devrait donc commencer des forages d'exploration au large de l'Alaska en juillet, ce qui ouvrirait la voie à de nouvelles ressources inexploitées, dans un environnement jusque-là préservé.

Daniel Sullivan fait valoir que les bénéfices de ces nouvelles orientations de la politique énergétique pourraient être énormes, notamment en termes de croissance et d'emploi dans un pays où la moitié du déficit commercial est due aux importations de pétrole.

Selon lui, en 2010-2011, 600.000 emplois ont été créés dans l'industrie du gaz et du pétrole de schiste.

Cependant, devant le même public du Forum économique des Amériques, le président du Conseil Mondial de l'Énergie (CME) a dépeint un tableau bien plus sombre de la situation. Selon Pierre Gadonneix, ancien PDG d'EDF, la crise économique a ralenti la consommation d'énergie, même si elle commence à repartir à la hausse, et les prix du pétrole sont restés à des niveaux élevés.

"La croissance future est menacée par la perspective des changements climatiques et l'épuisement de nos ressources naturelles" a déclaré M. Gadonneix, ajoutant que les enjeux majeurs seraient d'améliorer la sécurité des réserves d'énergie, la compétitivité, et de lutter contre "la pauvreté énergétique".

sm



(AWP / 13.06.2012 06h22)


Commenter PÉTROLE


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 octobre 2017 à 21:09

Le pétrole termine en baisse, les inquiétudes sur l'Irak s'a…

NYC/Cours de clôture: Le prix des barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en baisse jeudi, perdant...

jeudi 19 octobre 2017 à 18:13

Le pétrole recule malgré le risque géopolitique

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, le risque de perturbation de la production irakienne ne convainquant pas...

jeudi 19 octobre 2017 à 16:53

Rosneft devrait augmenter de 5% sa part dans le gisement égy…

Milan: Le géant semi-public russe des hydrocarbures Rosneft réfléchit à augmenter de 5% sa participation dans l'immense gisement gazier offshore égyptien de...

jeudi 19 octobre 2017 à 15:34

Le pétrole, lesté par les stocks américains, ouvre en baisse…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait jeudi à l'ouverture, lesté par la hausse des réserves...

jeudi 19 octobre 2017 à 13:41

Le marché du pétrole se rééquilibre plus vite que prévu (Ope…

Londres: Le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, s'est félicité jeudi à Londres du rééquilibrage du marché mondial du pétrole et a...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:47

Le pétrole baisse un peu dans un marché toujours hésitant

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu jeudi en cours d'échanges européens, mais restaient cantonnés dans la fourchette étroite dans laquelle...

jeudi 19 octobre 2017 à 12:39

Bagdad critique vivement l'accord entre le Kurdistan et Rosn…

bagdad: Le gouvernement irakien s'en est pris vivement jeudi, sans le nommer, à l'accord signé la veille par le géant semi-public russe...

jeudi 19 octobre 2017 à 09:09

Norvège: la production pétrolière recule en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a sensiblement reculé en septembre à cause de travaux...

jeudi 19 octobre 2017 à 05:37

Le pétrole en petite baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement jeudi en Asie dans un marché peu rasséréné par l'annonce d'un recul des stocks de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite