Menu
RSS
A+ A A-

Le brut sous 100 dollars à Londres, au plus bas depuis février 2011

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole ont chuté vendredi sous le seuil de 100 dollars le baril à Londres, à leur plus bas niveau depuis 16 mois, ébranlés par des indicateurs manufacturiers moroses en Chine puis par une hausse inattendue et inquiétante du chômage aux Etats-Unis.

Vers 16H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 98,79 dollars à Londres, en baisse de 3,08 dollars par rapport à la clôture de la veille. Il a dégringolé jusqu'à 97,70 dollars vers 12H30 GMT, son plus bas niveau depuis le 8 février 2011.

De son côté, le baril de brut texan "light sweet crude" (WTI) lâchait 2,91 dollars à 83,62 dollars, après avoir glissé jusqu'à 82,56 dollars, un niveau plus vu depuis le 10 octobre.

Après avoir dégringolé de plus de 15% sur le mois de mai, "les cours du baril entament le mois de juin sur une note très sombre", a commenté Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

"Un indicateur en berne en Chine a contribué à accentuer l'aversion des investisseurs pour les actifs jugés risqués (comme les Bourses ou les matières premières, ndlr), ravivant la crainte d'un sérieux ralentissement de la croissance économique mondiale", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Ainsi, un indice PMI publié vendredi par un organisme proche du gouvernement chinois a enregistré en mai un recul bien plus prononcé qu'attendu, traduisant un fort ralentissement de l'activité manufacturière dans le pays --deuxième consommateur de brut de la planète.

"La dégringolade des cours s'est encore accentuée après le terrifiant rapport sur l'emploi aux Etats-Unis", premier pays consommateur de brut, a observé de son côté Fawad Razaqzada, analyste du courtier GFT Markets.

Le taux de chômage des Etats-Unis est ainsi remonté en mai pour la première fois en un an, alors que les embauches progressaient à leur rythme le plus faible en douze mois, et bien moins qu'attendu.

"Les investisseurs doivent désormais affronter le fait que la jolie histoire sur la reprise américaine, si populaire il y a encore un mois, ressemble de plus en plus à un conte de fées déconnecté de la réalité", a commenté M. Razaqzada.

"Les espoirs que les Etats-Unis viennent à la rescousse pour contrer le ralentissement économique en Chine et en Europe ont été sérieusement douchés" par les chiffres de l'emploi, a-t-il estimé.

Par ailleurs, "la zone euro reste un facteur évident de pression sur les cours, alors que s'avivent les peurs d'une nouvelle vague de contagion de la crise des dettes souveraines et que les responsables européens semblent paralysés", a ajouté Filip Petersson, analyste de la banque SEB.

L'Espagne concentre notamment l'attention des marchés depuis l'annonce de la nécessité d'un sauvetage public de Bankia, première prêteur du pays, pour 23,5 milliards d'euros au total, dont 19 milliards restent à trouver, et alors que les taux obligataires du pays s'envolent.

Dans ce contexte, le très net renchérissement du dollar (vu comme une valeur refuge) face à un euro sous pression tend à accélérer la baisse des cours du baril, rendant encore moins attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine pour les opérateurs munis d'autres devises.

"Mais le récent repli du marché n'aurait pas été aussi impressionnant si l'offre mondiale de pétrole n'était pas à ce point surabondante", notamment en provenance d'Arabie saoudite, a rappelé M. Petersson.

Signe de cet excédent de production, les réserves de brut aux Etats-Unis ont enregistré un nouveau bond de 2,2 millions la semaine dernière, atteignant leur plus haut niveau depuis fin juillet 1990, juste avant le déclenchement de la Guerre du Golfe.

fah



(AWP / 01.06.2012 18h42)


Commenter Le brut sous 100 dollars à Londres, au plus bas depuis février 2011


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 octobre 2017 à 21:07

Tout en surveillant l'Irak, le pétrole fait du surplace

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole coté à New York et à Londres sont restés quasi stables mardi, les investisseurs attendant...

mardi 17 octobre 2017 à 19:23

Bagdad reprend aux Kurdes la quasi-totalité des champs pétro…

Bay hassan (irak): Les troupes gouvernementales irakiennes ont repris mardi la quasi-totalité des champs pétroliers de la province de Kirkouk après le...

mardi 17 octobre 2017 à 18:18

Le pétrole recule, la situation semble se stabiliser en Irak

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens alors que les marchés semblaient rassurés de voir les combattants kurdes...

mardi 17 octobre 2017 à 17:47

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrol…

Londres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une...

mardi 17 octobre 2017 à 15:21

Le pétrole porté à New York par les tensions au Moyen-Orient

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait mardi à l'ouverture, soutenu par un regain de tensions...

mardi 17 octobre 2017 à 13:10

Le conflit entre l'Irak et le Kurdistan pourrait faire monte…

Londres: Alors que le conflit s'intensifie entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak, les marchés surveillaient avec inquiétude la situation...

mardi 17 octobre 2017 à 12:20

Le pétrole grimpe, la fièvre géopolitique reprend les marché…

Londres: Les prix du pétrole montaient à nouveau mardi en cours d'échanges européens, alors que les tensions au Kurdistan irakien et en...

mardi 17 octobre 2017 à 12:18

Bagdad reprend deux grands champs pétroliers aux Kurdes à Ki…

Bay hassan (irak): Les troupes irakiennes ont repris mardi les deux principaux champs pétroliers de la ville de Kirkouk après le retrait...

mardi 17 octobre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient mardi en ordre dispersé en Asie après avoir fortement augmenté lundi du fait des perturbations dans...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite