Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit en nette baisse à New York: 96,13 dollars le baril

prix-du-petrole (reprise de vendredi soir)</p(reprise de vendredi soir):

(reprise de vendredi soir)


New York - Les cours du pétrole ont fini en nette baisse vendredi à New York dans un marché déprimé par l'actualité économique en Chine, aux Etats-Unis ainsi qu'en Europe, où la tenue d'un nouveau scrutin en Grèce parait désormais inévitable.

Le baril de référence pour livraison en juin a perdu 95 cents par rapport à jeudi, terminant à 96,13 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), son plus bas niveau en clôture depuis le 19 décembre.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé à 112,26 dollars, en baisse de 47 cents par rapport à la clôture de jeudi.

"Cette semaine qui s'achève a été particulièrement négative pour le marché pétrolier", a noté Matt Smith, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

"Il y a de plus en plus de choses qui se passent en Europe mais aussi aux Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Le dirigeant socialiste grec Evangélos Vénizélos a reconnu vendredi soir son échec à former un gouvernement de coalition, après les démarches infructueuses d'Alexis Tsipras, dirigeant du parti de Gauche radicale Syriza et d'Antonis Samaras, de la Nouvelle-Démocratie (droite).

"Je vais informer demain (samedi) après-midi le président de la République et j'espère que lors d'une réunion sous l'égide de Carolos Papoulias, chaque parti va assumer ses responsabilités", a déclaré M. Vénizélos à la presse à l'issue d'une rencontre avec M. Tsipras, dont le parti est arrivé en deuxième position des élections législatives dimanche.

La tenue de nouvelles élections d'ici fin juin semble désormais inévitable dans ce pays, épicentre de la crise européenne de la dette.

En outre, "les chiffres sur la production industrielle chinoise ont assommé le marché", a fait valoir M. Smith.

La Chine a annoncé vendredi, pour le mois d'avril, un ralentissement de l'inflation mais aussi la plus faible hausse de la production industrielle depuis mai 2009, et une augmentation moins rapide des ventes de détail, jauge de la consommation des ménages.

La veille, Pékin avait annoncé un fort excédent de son commerce extérieur mais surtout d'un nouveau ralentissement de la croissance des échanges, essentiellement en raison de la faiblesse des importations, tandis que les exportations continuent de souffrir de la crise en Europe.

Ces indicateurs chinois "entraînent des craintes d'un ralentissement de la croissance économique mondiale", ont noté les analystes de JBC Energy.

La Chine est le deuxième plus gros consommateur d'or noir au monde derrière les Etats-Unis.

Mais "au-delà des doutes pour l'économie mondiale", les opérateurs "s'inquiètent des pertes de deux milliards de dollars de JPMorgan", a remarqué de son côté Phil Flynn, de PFG Best.

La banque américaine JPMorgan Chase a enregistré sur les six dernières semaines une perte de 2 milliards de dollars dans le courtage, qui pourrait grossir à cause de positions risquées de dérivés de crédit, produits à l'origine de la crise de 2008.

"C'est la plus lourde perte subie par une banque depuis la crise (des subprimes) de 2008", a souligné Phil Flynn. "Cela entraîne le retour de craintes quant à l'exposition des banques: JPMorgan est censée être immunisée" contre de telles pertes.

Dans ce contexte, "le marché a peur que cela entraîne une réduction des liquidités disponibles", ce qui engendrerait un ralentissement de la demande en or noir, a-t-il dit.

"Une seconde raison de cette chute (des cours) est l'offre qui dépasse nettement la demande", ont souligné les analystes de Saxo Banque.

Cette tendance a d'ailleurs été confirmée jeudi par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui a indiqué avoir produit 31,62 millions de barils par jour (mbj) en avril, 0,32 mbj de plus qu'en mars, l'Irak, la Libye, l'Arabie saoudite, le Nigeria et l'Angola relevant leur production afin de contribuer à la stabilisation des prix.

rp



(AWP / 14.05.2012 06h21)


Commenter Le brut finit en nette baisse à New York: 96,13 dollars le baril


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 24 juillet 2017 à 21:27

Le pétrole, rassuré par l'Arabie saoudite, termine en hausse…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé lundi à New York, encouragés par l'engagement de l'Arabie saoudite à limiter ses...

lundi 24 juillet 2017 à 18:15

Le pétrole remonte, l'Arabie saoudite rassure

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi en fin d'échanges européens après que l'Opep et de ses partenaires se sont rencontrés pour...

lundi 24 juillet 2017 à 16:18

Pétrole: les pays producteurs cherchent à accentuer leur bai…

Saint-Pétersbourg: Les principaux pays exportateurs de pétrole, réunis lundi, ont affiché leur volonté d'accentuer la réduction de leur offre en l'appliquant plus...

lundi 24 juillet 2017 à 16:09

France: les prix des carburants poursuivent leur hausse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont poursuivi leur hausse la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés...

lundi 24 juillet 2017 à 15:28

Le pétrole ouvre en hausse à New York après une promesse de …

New York: Les cours du pétrole progressaient à l'ouverture à New York lundi, l'Arabie saoudite ayant assuré vouloir limiter ses exportations à...

lundi 24 juillet 2017 à 14:36

Pétrole: l'Arabie saoudite accentue sa réduction de l'offre

Saint-Pétersbourg: L'Arabie saoudite a promis lundi d'accentuer ses efforts de réduction de l'offre de pétrole et pressé les autres pays exportateurs, réunis...

lundi 24 juillet 2017 à 12:58

Le pétrole remonte, l'Arabie Saoudite limite ses exportation…

Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, l'Arabie saoudite ayant déclaré vouloir limiter ses exportations après la...

lundi 24 juillet 2017 à 05:56

Le pétrole en légère hausse en Asie

Singapour: Les cours du brut étaient orientés en légère hausse lundi, avant la réunion ministérielle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

lundi 24 juillet 2017 à 05:07

Pétrole: croissance économique ralentie au Moyen-Orient

Dubaï: La croissance économique au Moyen-Orient et en Afrique du nord est en passe de connaître un ralentissement considérable cette année alors...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite