Menu
RSS
A+ A A-

En hausse dans un marché sans grand élan digérant toujours la Fed

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole montaient jeudi en fin d'échanges européens, dans un marché sans grand élan qui continuait de digérer des déclarations jugées rassurantes de la Réserve fédérale américaine (Fed), alors que les craintes sur la demande mondiale de brut restent vives.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin s'échangeait à 119,78 dollars, gagnant 66 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance progressait de 53 cents à 104,65 dollars.

Les cours du baril ont remonté "lorsque la Fed a indiqué mercredi qu'elle prévoyait une accélération de la croissance économique" à moyen terme aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut dans le monde, soulignait Peter Bassett, analyste du courtier Westhouse Securities.

Cette hausse s'est poursuivie jeudi: "l'appétit pour les actifs jugés risqués (dont les matières premières, NDLR) était toujours alimenté par les déclarations de la Fed", d'autant plus que l'institution "a laissé la porte ouverte à de nouvelles injections de liquidités" pour soutenir l'économie, ajoutait David Morrison, analyste de GFT Markets.

De telles mesures sont habituellement de nature à diluer la valeur du dollar, ce qui rend plus attractifs les achats de brut, libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Cependant, "le marché reste sans grande direction, (...) le WTI n'arrive pas à monter au-dessus de 105 dollars, et à Londres, le Brent échoue à dépasser le seuil de 120 dollars, ils fluctuent dans une fourchette très étroite", observait Jack Pollard, analyste du courtier Sucden.

Selon lui, "l'élan apporté par les commentaires de la Fed a été nettement tempéré par le net repli, plus fort qu'attendu, de l'indice de confiance" des chefs d'entreprises et des consommateurs en zone euro, alors que les inquiétudes sur la situation de l'Union monétaire et en particulier de l'Espagne continuent de hanter le marché.

En outre, un certain apaisement des inquiétudes géopolitiques contribuait également à pénaliser les cours du baril.

"Selon des informations de presse jeudi, l'Iran étudierait la possibilité de suspendre ses activités nucléaires existantes et de stopper la construction de nouvelles centrales pour échapper aux sanctions de l'Union européenne (UE)", relevait M. Basset.

Une prime de risque gonfle depuis plusieurs mois les prix du baril, alimentée par les craintes d'une perturbation de l'offre de brut iranienne en raison des sanctions internationales contre Téhéran - soupçonné par les pays occidentaux de conduire un programme nucléaire à visée militaire.

Si les tensions dans le dossier iranien s'apaisent, il apparaîtra que "un prix du baril de 120 dollars (à Londres) n'est pas justifié", notamment "étant donné l'excédent de production actuel d'environ 1 million de barils par jour sur le marché pétrolier mondial", notaient les experts de Commerzbank.

Selon eux, "cette situation était illustrée par la forte hausse de 4 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis" sur la semaine achevée le 20 avril - un chiffre dévoilé mercredi qui avait momentanément fait chuter les cours, car il témoignait également d'une consommation maussade dans le pays.

De fait, les stocks de brut à Cushing, principal terminal pétrolier du pays (dans l'Oklahoma, sud), sont montés à un niveau proche du record historique enregistré en avril 2011.

ds



(AWP / 26.04.2012 18h28)


Commenter En hausse dans un marché sans grand élan digérant toujours la Fed


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 17 décembre 2017 à 03:19

pétrole: le vénézuelien PDVSA et le russe Rosneft signent un…

Caracas: Le groupe pétrolier d'état vénézuelien PDVSA a annoncé samedi avoir signé avec la firme russe Rosneft une série d'accords dans les...

vendredi 15 décembre 2017 à 21:04

Le pétrole termine en ordre dispersé après un indicateur amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire...

vendredi 15 décembre 2017 à 18:18

Le pétrole hésite, entre surproduction et perturbations en m…

Londres: Les cours du pétrole divergaient vendredi en fin d'échanges européens après une semaine volatile, alors que les baisses de production causées...

vendredi 15 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole avance à l'ouverture, l'oeil rivé sur la mer du N…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais progressait à l'ouverture vendredi, les craintes autour de la fermeture d'un oléoduc en mer du...

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite