Menu
RSS
A+ A A-

Hésitation et inquiétudes sur la demande américaine et sur la zone euro

prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole hésitaient jeudi en fin d'échanges européens, dans un marché nerveux, pénalisé par les inquiétudes sur la demande américaine de brut, après des indicateurs décevants aux Etats-Unis, et toujours hanté par les craintes sur la crise de la dette en zone euro.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin s'échangeait à 118,40 dollars, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai, dont c'est l'avant-dernier jour de cotation, perdait 5 cents à 102,62 dollars.

Le cours du baril de Brent se ressaisissait quelque peu, après être tombé la veille à 116,70 dollars, son plus bas niveau depuis le 10 février, mais le marché restait extrêmement nerveux.

Les cours "pâtissent de la réduction de la prime de risque", en raison d'une détente des tensions géopolitiques au Moyen-Orient, "et d'un ralentissement saisonnier de la demande", mais après le recul de mercredi, "des investisseurs ont réalisé des achats à bon compte", notait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital, ce qui permettaient aux cours de rester bien orientés jeudi.

Par ailleurs, "une émission obligataire en Espagne jeudi a été jugée satisfaisante par les opérateurs", suscitant une demande plus importante que prévue, observait Fawad Razaqzada, analyste du courtier GFT Markets.

"Cependant, le taux des obligations à 10 ans a nettement grimpé" par rapport à la dernière émission similaire en janvier, signe de la défiance persistante des investisseurs, et "les cours du baril ont rapidement réduit leurs gains dans un volume d'échanges limité", ajoutait M. Razaqzada.

La situation en zone euro demeure au centre des préoccupations des opérateurs, ces derniers doutant notamment de la capacité de l'Espagne à juguler son déficit budgétaire sans aide extérieure, et redoutant une aggravation de la crise des dettes souveraines en Europe.

Par ailleurs, le marché digérait des indicateurs économiques décevants aux Etats-Unis, de nature à alimenter les inquiétudes sur les perspectives de la demande énergétique du pays, premier consommateur de brut dans le monde.

Ainsi, quelque 386'000 demandes d'allocations de chômage ont été déposées dans le pays du 8 au 14 avril, bien plus qu'escompté par les analystes.

En outre, les données récentes publiées par le gouvernement ont fait l'objet de révisions, inhabituellement fortes, notamment en ce qui concerne les quinze jours précédents.

Dans ce contexte, "le prix du WTI reste coincé dans une fourchette étroite entre 102 et 105 dollars le baril" dans un marché sans entrain, commentait M. Razaqzada.

Les courtiers digéraient en outre une nouvelle hausse des stocks aux Etats-Unis au cours de la semaine achevée le 13 avril, selon des chiffres du Département américain de l'Energie (DoE), publiés mercredi.

"Après un nouveau bond de 3,9 millions de barils (la semaine précédente), les stocks de brut aux Etats-Unis sont désormais à leur plus haut depuis la fin du mois de mai 2011", remarquaient les experts de Commerzbank. Au cours des quatre dernières semaines, ces stocks ont gonflé de 23 millions de barils.

Cependant, "les recul des réserves de produits raffinés et l'amélioration des chiffres de la demande sont encourageants", tempérait M. Kryuchenkov, prévoyant toujours "une demande décente" pour la saison estivale des grands déplacements en voiture dans le pays.

ds



(AWP / 19.04.2012 18h40)


Commenter Hésitation et inquiétudes sur la demande américaine et sur la zone euro


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite