Menu
RSS
A+ A A-

Le brut se replie, le marché prudent face aux incertitudes économiques

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur forte hausse de vendredi, dans un marché prudent où pesaient les craintes sur les perspectives économiques mondiales, après des indicateurs mitigés aux Etats-Unis.

Vers 11H15 GMT (12H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, dont c'est le second jour comme contrat de référence, s'échangeait à 124,98 dollars, en repli de 83 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril baissait de 43 cents à 106,63 dollars, cédant un peu de terrain après avoir bondi de 3,20 dollars vendredi.

"A l'orée d'une semaine sans indicateur majeur, les opérateurs reconsidèrent les perspectives de l'économie mondiale, et la hausse enregistrée sur tous les marchés depuis début 2012 pourrait bien être arrivée à bout de souffle", observait Filip Petersson, analyste de la banque suédoise SEB.

Après le déblocage du second plan de sauvetage international de la Grèce, "d'autres pays de la zone euro suscitent l'inquiétude, l'économie chinoise (deuxième pays consommateur de brut, ndlr) montre des signes de ralentissement, et les opérateurs s'interrogent sur la solidité de la croissance économique aux Etats-Unis", expliquait-il.

A contre-courant d'une récente salve de statistiques encourageantes sur l'économie du principal consommateur mondial de brut, des indicateurs publiés vendredi ont montré une baisse en mars du moral des ménages américains et une stagnation de la production industrielle du pays en février.

Cependant, les prix du baril ne devraient connaître qu'un repli modéré, dans un marché toujours soutenu par les inquiétudes d'une escalade des tensions géopolitiques au Moyen-Orient, alors que le ton monte toujours plus entre les pays occidentaux et l'Iran.

"Le marché reste très nerveux et s'inquiète d'éventuelles perturbations de la production de pétrole", même si l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial d'or noir, "est certainement prête à grossir son offre pour compenser le manque de brut iranien", observait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les exportations de pétrole iranien pourraient être réduites d'au moins un tiers à partir de la mi-2012, du fait des sanctions internationales contre Téhéran, soupçonné par les Occidentaux de développer un programme nucléaire à visée militaire.

Un influent député iranien a réaffirmé dimanche que Téhéran ne cèderait pas d'un pouce sur son programme nucléaire qu'il affirme être à usage civil.

De son côté, après un embargo progressif sur le brut iranien décidé en janvier, l'Union européenne (UE) a décidé vendredi d'interdire l'accès au réseau de transferts interbancaires Swift aux institutions iraniennes.

"Ces dernières semaines, les prix du pétrole tendent à réagir très promptement à toute nouvelle sur l'offre, comme la semaine dernière suite à des informations de presse (rapidement démenties, ndlr) sur un éventuel recours des Etats-Unis et du Royaume-Uni à leurs réserves stratégiques", rappelait M. Petersson.

"Mais après chaque fort mouvement du marché, le prix du Brent tend à revenir vers 125 dollars le baril", et devrait rester autour de ce niveau, "à moins que le niveau de la demande mondiale ne recule de façon très importante", estimait l'analyste.

rp



(AWP / 19.03.2012 12h48)


Commenter Le brut se replie, le marché prudent face aux incertitudes économiques


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 15 décembre 2017 à 12:14

Le pétrole monte un peu, la production de mer du Nord reste …

Londres: Les prix du pétrole avançaient légèrement vendredi en cours d'échanges européens, les marchés hésitant entre perturbation de la production à court...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:09

Pétrole: le Canadien Cenovus supprime jusqu'à 700 emplois

Montréal: Le producteur de pétrole canadien Cenovus a annoncé jeudi la suppression de 15% de ses effectifs, soit près de 700 emplois...

jeudi 14 décembre 2017 à 21:08

Le pétrole new-yorkais soutenu par la perspective d'une haus…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, portés par la perspective d'une augmentation des...

jeudi 14 décembre 2017 à 18:09

Le pétrole se reprend mais le marché tâtonne encore

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse jeudi en fin d'échanges européens, restant soutenus par la fermeture d'un pipeline en...

jeudi 14 décembre 2017 à 17:28

Produits pétroliers: hausse de la consommation française en …

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont progressé de 2,7% en novembre sur un an, avec une hausse du fioul...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:47

"Force majeure" autour de l'oléoduc Forties en mer…

Londres: Le groupe pétrochimique Ineos a déclaré l'état de "force majeure" après l'arrêt pour cause de fêlure du principal olédoduc pétrolier de...

jeudi 14 décembre 2017 à 16:12

Le Liban donne son feu vert pour les premières explorations …

Beyrouth: Le gouvernement libanais a approuvé jeudi une offre présentée par un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et...

jeudi 14 décembre 2017 à 15:29

Le pétrole, plombé par l'offre américaine, ouvre en baisse à…

New York: Le prix du pétrole new-yorkais reculait à l'ouverture jeudi, plombé par la progression constante de la production américaine de brut...

jeudi 14 décembre 2017 à 12:41

Le pétrole hésite, les prévisions de l'AIE et de l'Opep dive…

Londres: Les prix du pétrole oscillaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché qui peine à digérer les rapports mensuels...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le jeudi 19 octobre 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En septembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,9 % après +3,0 %). Les prix en euros des autres matières premières importées ralentissent (+0,2 % après +2,6 %). . Le prix du pétrole augmente de nouveau En septembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,9 % après +3,0 % en aôut), à 46,1 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu plus marquée (+6,9 % après +5,6 %). Cours du pétrole septembre 2017 (Brent)

Lire la suite

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite