Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit en hausse à New York, porté par de bons indicateurs

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, poursuivant leur course vers des sommets plus vus depuis mai en raison de bons indicateurs économiques et de tensions toujours vives au Moyen-Orient.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a gagné 1,55 dollar par rapport à mercredi sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à 107,83 dollars.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a clôturé à 123,62 dollars, à son plus haut niveau depuis le 2 mai et en hausse de 72 cents par rapport à la clôture de mercredi.

De même, les cours du brut new-yorkais ont repris leur progression pour atteindre à la clôture un plus haut depuis le 4 mai.

"C'est une fin de séance très forte", a commenté Matt Smith de Summit Energy (Schneider Electric).

"Cette hausse est liée au retour d'un certain appétit pour le risque, lié à un regain de confiance en Allemagne et à de bons chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis", a-t-il précisé.

Aux Etats-Unis, les investisseurs ont salué les chiffres des inscriptions hebdomadaires au chômage, qui se sont maintenues à leur plus bas niveau depuis début mars 2008 lors de la semaine du 12 au 18 février.

Autre nouvelle encourageante pour la demande, mais sur le front européen cette fois, le baromètre Ifo sur le moral des entrepreneurs en Allemagne a progressé pour le quatrième mois consécutif.

Rassurant quelque peu les investisseurs sur les perspectives économiques européennes, cet indicateur a revigoré l'euro face au dollar. Or un repli du billet vert contribue à rendre plus attractifs les achats de pétrole libellés en dollars pour les investisseurs munis d'autres devises.

"Donc même si les chiffres sur les stocks n'étaient pas bons du tout pour le soutien des cours, ces bonnes nouvelles expliquent la poursuite du rebond des cours du brut", a poursuivi Matt Smith.

Les opérateurs ont en effet digéré des chiffres négatifs pour les cours du brut du département américain de l'Energie (DoE), qui témoignaient d'une baisse de la demande aux Etats-Unis accompagnée d'une hausse de l'offre.

Le DoE a ainsi fait état d'une hausse de 1,6 million de barils des réserves américaines de brut lors de la semaine achevée le 17 février, trois fois plus forte que prévu par les analystes.

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont certes reculé de 200'000 barils, mais ce repli est très inférieur aux attentes du marché. Les stocks d'essence ont quant à eux reculé de 600'000 barils en ligne avec les prévisions.

Pour certains investisseurs, le désintérêt relatif du marché vis-à-vis des chiffres sur les réserves américaines s'explique par l'influence croissante du dossier iranien dans l'évaluation des cours du but.

"Le marché se désintéresse de plus en plus des données structurelles (...). Ces jours-ci, il n'y a rien d'autre qui compte que la peur d'une perte potentielle d'approvisionnement" à cause de l'Iran, a estimé Tom Bentz, de BNP Paribas.

En effet, les tensions géopolitiques croissantes opposant l'Iran et les pays occidentaux continuaient à contribuer à la hausse des prix du baril.

"Bien évidemment, les tensions en Iran restent en arrière plan", a confirmé Matt Smith.

rp



(AWP / 24.02.2012 06h21)


Commenter Le brut finit en hausse à New York, porté par de bons indicateurs


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

vendredi 22 septembre 2017 à 08:25

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, les investisseurs attendant une rencontre entre des représentants de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite