Menu
RSS

Le brut se stabilise à Londres, tiraillé entre l'Iran et la Grèce

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient jeudi en cours d'échanges européens, se repliant à New York et se stabilisant à Londres, dans un marché tiraillé entre les inquiétudes sur la Grèce, toujours dans l'attente d'un nouveau prêt international, et les menaces sur l'offre de brut iranien.

Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 118,94 dollars, grignotant 1 cent par rapport à la clôture de mercredi. Il était monté la veille à 119,99 dollars, un sommet depuis début août.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars reculait pour sa part de 68 cents à 101,12 dollars.

"Le marché pétrolier a beaucoup de choses à digérer, tant sur le plan des développements de mercredi dans le dossier iranien que sur la situation de la zone euro", soulignait Philip Wiper, analyste du courtier PVM.

Les cours du baril pâtissaient jeudi de quelques prises de bénéfices, après la nette hausse enregistrée mercredi sur les marchés pétroliers, à la suite d'un vif regain d'inquiétudes sur les approvisionnements iraniens à l'Europe.

Selon une annonce sur le site de la télévision d'Etat iranienne, l'Iran a convoqué séparément les ambassadeurs de six pays européens (France, Italie, Espagne, Grèce, Portugal, Pays-Bas) pour leur signifier son intention de "revoir à la baisse (les) ventes de pétrole" qu'il leur destine.

L'Union Européenne (UE) a décidé en janvier un embargo sur le brut d'Iran, mais celui-ci ne doit être mis en place que graduellement jusqu'en juillet, pour laisser le temps aux pays européens les plus dépendants du pétrole iranien (Grèce, Italie, Espagne) de trouver des approvisionnements alternatifs.

"Le même jour, l'Iran a aussi annoncé des progrès considérables dans son programme nucléaire", que les pays occidentaux soupçonnent d'avoir des visées militaires, "et ce cocktail de nouvelles à entretenu la fébrilité du marché", notaient les analystes du cabinet viennois JBC Energy.

Ces derniers citaient par ailleurs les autres sources d'inquiétudes sur le front de l'offre, telles que l'explosion d'un oléoduc en Syrie, une grève sur le plus grand champ pétrolier du Yemen et l'aggravation du bras de fer entre le Soudan et le Soudan du sud.

"Les investisseurs restent hantés par les craintes de perturbations de l'offre mondiale de brut", estimaient les experts de JBC Energy.

En revanche, sur le front de la demande, le tableau restait morose. Les incertitudes pesant sur la Grèce, toujours menacée de défaut de paiement, contribuaient notamment à refroidir l'enthousiasme des opérateurs.

"L'euro a été affaibli par le report à la semaine prochaine d'une réunion des ministres des Finances européens, initialement prévue mercredi", qui devait décider d'un second plan d'aide international à Athènes, "et les investisseurs restent très sceptiques sur le sauvetage du pays", soulignait M. Wiper.

Le renforcement du dollar face à un euro sous pression rendait moins attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises. Les déboires de la Grèce font par ailleurs peser une menace sur la solidité de la demande énergétique européenne.

sm



(AWP / 16.02.2012 12h37)


Commenter Le brut se stabilise à Londres, tiraillé entre l'Iran et la Grèce

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Le pétrole en Iran


lundi 13 mars 2017

Pétrole: Hyundai signe un accord de 3 mds EUR dans un projet…

Séoul: Le groupe sud-coréen Hyundai Engineering a signé un accord portant sur un montant de trois milliards d'euros pour investir dans un...

samedi 04 mars 2017

L'Iran "comprend" que Total attende une décision a…

Téhéran: Le gouvernement iranien "comprend" que le groupe pétrolier français Total attende une "décision finale" des Etats-Unis concernant l'Iran pour concrétiser ses...

samedi 04 février 2017

Pétrole: l'Iran repousse la date limite de son appel d'offre…

Téhéran: L'Iran a repoussé la date limite de son appel d'offres pour le développement de projets liés aux hydrocarbures, exhortant le géant...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 29 juin 2017 à 15:29

Le pétrole porté à New York par une baisse de la production …

New York: Les cours du pétrole ont entamé la séance en hausse jeudi, toujours épaulés par l'annonce d'une baisse de l'extraction de...

jeudi 29 juin 2017 à 12:57

Le pétrole monte, toujours aidé par des données américaines

Londres: Les prix du pétrole montaient toujours jeudi en cours d'échanges européens, évoluant à leurs plus hauts niveaux en deux semaines, aidés...

jeudi 29 juin 2017 à 07:15

Le pétrole poursuit sa timide remontée en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de remonter en Asie jeudi, profitant de l'annonce d'une baisse de la production américaine de brut.

mercredi 28 juin 2017 à 21:03

Le pétrole profite d'une baisse de la production aux Etats-U…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la séance en hausse mercredi, le marché accueillant positivement l'annonce d'une baisse de...

mercredi 28 juin 2017 à 18:50

Le pétrole monte grâce au repli des réserves américaines d'e…

Londres: Les cours du pétrole repartaient à la hausse mercredi en fin d'échanges européens, portés par la baisse des réserves d'essence et...

mercredi 28 juin 2017 à 16:49

USA: hausse surprise des stocks de brut, les réserves d'esse…

New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis tandis que les réserves d'essence...

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite