Menu
RSS

Le brut se stabilise dans un marché refroidi par les stocks américains

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole retombaient à l'équilibre mercredi en fin d'échanges européens, le marché digérant les chiffres mitigés des stocks américains, qui ont montré une nouvelle hausse des réserves de produits raffinés et une demande de brut en demi-teinte aux Etats-Unis.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 116,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, cédant 4 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance grignotait 2 cents à 98,43 dollars, effaçant totalement ses gains après être monté brièvement vers 14H30 GMT au-dessus de 100 dollars, pour la première fois depuis une semaine.

"Le marché a, une fois encore, été déprimé par le rapport hebdomadaire" du Département américain de l'Energie (DoE), observait Torbjorn Kjus, analyste de DNB Markets, notant que "la demande pétrolière totale reste très médiocre aux Etats-Unis", premier pays consommateur de brut.

Le DoE a fait état d'une hausse de 300'000 barils des stocks américains de brut sur la semaine achevée le 3 février: un chiffre très inférieur au bond de 2,7 millions de barils attendu par les analystes, mais bien moins bon que les estimations de la fédération professionnelle API, qui avait annoncé mardi soir une forte chute, de 4,5 millions de barils, de ces réserves.

Selon le DoE, les réserves d'essence aux Etats-Unis ont pour leur part grimpé de 1,6 million de barils la semaine dernière, et les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont enregistré une hausse inattendue de 1,2 million de barils.

"La demande d'essence reste terriblement faible, et la baisse des importations n'arrive pas à compenser ce fléchissement. De plus, la consommation de fioul de chauffage continue de reculer", pâtissant d'un hiver nord-américain inhabituellement doux, poursuivait M. Kjus.

Les investisseurs restaient de surcroît suspendus à la situation de la Grèce, dans un marché emprunt de prudence.

Le Premier ministre Lucas Papademos, a entamé un rendez-vous crucial avec les partis de la coalition gouvernementale pour obtenir leur aval sur un nouveau plan de rigueur, nécessaire au déblocage d'une nouvelle aide internationale qui permettrait d'éviter un défaut de paiement du pays.

Le Brent échangé à Londres restait cependant aidé par une demande européenne robuste, dopée par la sévère vague de froid qui s'est abattue sur l'Europe depuis une dizaine de jours.

Il restait également toujours soutenu "par les risques géopolitiques persistants pour les approvisionnements de brut, en particulier en provenance d'Iran", alors que Téhéran menace toujours d'interrompre immédiatement ses livraisons de pétrole à l'Europe, indiquaient les analystes de Barclays Capital.

De même, les investisseurs continuaient de surveiller la situation au Nigeria, premier producteur d'Afrique, secoué depuis lundi par une série d'explosions et de fusillades dans le nord du pays.

Plombé par le gonflement de l'offre pétrolière aux Etats-Unis, le WTI new-yorkais a enregistré mardi un écart de plus de 20 dollars avec le Brent échangé à Londres, la plus forte différence depuis octobre entre les deux cours pétroliers de référence. Cet écart se maintenait mercredi autour de 18 dollars.

rp



(AWP / 08.02.2012 18h31)


Commenter Le brut se stabilise dans un marché refroidi par les stocks américains

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 avril 2017 à 21:17

Pas d'exception aux sanctions russes pour les entreprises pé…

Washington: L'administration Trump n'autorisera pas les entreprises américaines à participer à des projets pétroliers ou gaziers impliquant des sociétés visées par les...

vendredi 21 avril 2017 à 20:48

Le pétrole baisse nettement, le marché rattrapé par le doute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement baissé vendredi, une vague de pessimisme envahissant le marché à l'issue d'une semaine...

vendredi 21 avril 2017 à 18:29

Le pétrole à son plus bas en trois semaines, l'offre américa…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en fin d'échanges européens, alors que l'offre américaine paraît intarissable et malgré les efforts de...

vendredi 21 avril 2017 à 15:18

Le pétrole stagne à New York, l'attentisme dominant

New York: Les cours du pétrole stagnaient peu après l'ouverture vendredi à New York, le marché se montrant prudent à l'issue d'une...

vendredi 21 avril 2017 à 13:16

La consommation de produits pétroliers a baissé en mars

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont baissé de 1,3% en mars par rapport à la même période en 2016...

vendredi 21 avril 2017 à 12:25

Le pétrole stable, la surabondance inquiète les marchés

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d'échanges européens, les craintes sur une surproduction mondiale due au pétrole de...

vendredi 21 avril 2017 à 08:48

Chevron: l'Australie maintient un redressement fiscal de 189…

sydney: La justice australienne a confirmé vendredi en appel le redressement fiscal de 189 millions d'euros infligé au géant du pétrole Chevron...

vendredi 21 avril 2017 à 06:02

Le pétrole stable en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, vendredi en Asie, les informations sur une prolongation des baisses de production de l'Opep étant...

jeudi 20 avril 2017 à 20:52

Le pétrole finit sans tendance, tentant de se stabiliser

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole n'ont pas vraiment dégagé de tendance jeudi, tentant de reprendre pied au lendemain d'une forte...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite