Menu
RSS
A+ A A-

En repli, toujours plombé par un bond des stocks américains

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous le coup d'une forte hausse des stocks de brut aux Etats-Unis, le marché s'interrogeant sur la vigueur de la consommation du pays et se montrant prudent avant le rapport mensuel sur l'emploi américain.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 111,55 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, cédant 1 cent par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance lâchait 1,61 dollar à 96,00 dollars.

"Le rapport publié mercredi par le Département américain de l'Energie (DoE) était assez déprimant, et continue de donner un prétexte aux investisseurs pour vendre", maintenant une forte pression sur les cours du baril jeudi, observait Peter Beutel, analyste de la société Cameron Hanover.

Le DoE a fait état d'une hausse de 4,2 millions de barils des stocks de brut américains sur la semaine achevée le 27 janvier - une annonce qui a pesé davantage sur le WTI new-yorkais que sur le Brent londonien, creusant nettement l'écart entre les deux prix de référence.

Selon le cabinet viennois JBC Energy, cet écart a été accentué par un bond de 1,5 million de barils des stocks de brut à Cushing, principal terminal pétrolier du pays, dans l'Oklahoma (sud) -- le WTI reflétant en effet l'offre de brut texan, entreposée principalement à Cushing.

Par ailleurs, "la demande américaine d'essence est extrêmement basse. La hausse des stocks d'essence américains (+3 millions de barils la semaine dernière) suggère une destruction de la demande plus importante que lors de la crise de 2008", constatait Olivier Jakob, de la société suisse Petromatrix.

Ces chiffres renforçaient les inquiétudes des investisseurs sur la vigueur de la demande énergétique des Etats-Unis, premier pays consommateur de brut, face à un environnement économique morose et à un hiver plus clément qu'à l'habitude dans l'hémisphère nord.

"Il y a eu quelques indicateurs économiques positifs, mais pas assez encourageants pour rassurer ceux qui redoutent un retour en récession" en Europe, alors que la Grèce est toujours menacée de défaut de paiement, soulignait M. Beutel.

Ainsi, les nouvelles inscriptions au chômage sont reparties à la baisse aux Etats-Unis la semaine dernière, selon des chiffres parus jeudi, mais ce chiffre était assombri par l'annonce mercredi d'un net ralentissement des embauches des entreprises privées américaines en janvier.

Ces statistiques mitigées alimentaient la nervosité du marché avant le très attendu rapport mensuel sur l'emploi et le chômage vendredi.

Sur le front de l'offre, le craintes sur le dossier iranien semblaient s'apaiser quelque peu, faute de déclarations nouvelles de la part de Téhéran, qui n'a encore montré aucune intention de concrétiser ses menaces d'une perturbation de sa production, face à l'embargo pétrolier décidé par l'Union européenne (UE).

Les analystes notaient par ailleurs que, parallèlement au ralentissement de la demande des grands pays consommateurs, le marché restait largement approvisionné.

La production de brut exportée par mer par les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) devrait d'ailleurs augmenter de 260'000 barils/jour entre mi-janvier et mi-février, du fait notamment d'un retour à la quasi normale de la production libyenne, selon des prévisions publiées jeudi par le cabinet Oil Movements, qui se fonde sur le niveau d'activité dans les ports.

ds



(AWP / 02.02.2012 18h36)


Commenter En repli, toujours plombé par un bond des stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 16 octobre 2017 à 21:03

Le pétrole porté par les tensions en Irak

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a terminé en hausse lundi après la prise de contrôle par les forces irakiennes du siège du...

lundi 16 octobre 2017 à 19:36

Glencore et le Qatar cèdent 14% de Rosneft pour 7,8 milliard…

Genève: Le consortium contrôlé par Glencore et le fonds souverain du Qatar ont annoncé lundi avoir conclu un accord pour céder pour...

lundi 16 octobre 2017 à 18:31

Le pétrole monte, la production perturbée en Irak par les te…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en fin d'échanges européens alors que la production des deux principaux champs pétroliers de Kirkouk...

lundi 16 octobre 2017 à 18:07

France: les prix des carburants ont baissé la semaine derniè…

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont légèrement reculé la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés lundi.

lundi 16 octobre 2017 à 15:48

Le pétrole, porté par les tensions en Irak, ouvre en hausse …

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, porté par un regain de tensions...

lundi 16 octobre 2017 à 15:43

Kurdes: le pompage des deux principaux champs pétroliers de …

Bagdad: Le pompage dans les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk, province où les troupes gouvernementales irakiennes ont lancé une opération aux...

lundi 16 octobre 2017 à 13:02

Ryad étudie plusieurs options pour l'introduction d'Aramco e…

Ryad: L'Arabie saoudite continue d'examiner plusieurs options pour l'introduction en Bourse d'Aramco, a déclaré samedi un porte-parole du géant pétrolier saoudien.

lundi 16 octobre 2017 à 12:51

Ordonnances: la CGT pétrole menace de grève à compter du 23 …

Paris: La CGT pétrole exige lundi "l'ouverture d'une négociation immédiate" avec le ministère du Travail, le patronat et les syndicats de la...

lundi 16 octobre 2017 à 12:36

Le pétrole monte, la tension croît au Kurdistan irakien

Londres: Les prix du pétrole étaient soutenus lundi en cours d'échanges européens par les craintes que les tensions en Irak entre le...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite