Menu
RSS
A+ A A-

Hésitant, le marché est refroidi par le dollar et des indicateurs US

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole évoluaient de façon divergente mardi en fin d'échanges européens, tiraillés entre des tensions persistantes sur l'Iran d'une part, et un renforcement du dollar sur fond de mauvais indicateurs aux Etats-Unis d'autre part.

Vers 17H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 110,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 12 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance reculait en revanche de 28 cents à 98,50 dollars.

Après avoir évolué en nette hausse pendant la majeure partie de la séance, les cours du baril ont reperdu du terrain en fin d'échanges européens, plombés par un fort durcissement du dollar face à un euro sous pression et des indicateurs décevants aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut.

L'activité économique dans la région de Chicago (Nord des Etats-Unis) a ainsi ralenti sa hausse en janvier, tandis que la confiance des consommateurs américains a contre toute attente reculé, selon l'indice publié par l'institut Conference Board -- des signaux de mauvais augure avant le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis attendu vendredi.

Face à ces statistiques, le soudain renforcement du dollar, valeur refuge, rendait d'autant moins attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

"Mais le principal risque pour les marchés pétroliers reste la zone euro", alors que les négociations de la Grèce avec ses créanciers privés sur la diminution de la dette du pays n'ont toujours pas abouti, soulignait Jack Pollard, analyste du courtier Sucden.

Si l'adoption lundi par les dirigeants européens d'un nouveau pacte de discipline budgétaire a apporté un regain momentané d'optimisme chez les opérateurs, la Grèce reste menacée d'un défaut de paiement en cas d'absence de compromis avec ses créanciers privés, "un scénario qui serait désastreux pour les prix du baril", ajoutait M. Pollard.

Cependant, "les tensions persistantes sur l'Iran devraient aider à soutenir les cours du pétrole", insistait-il.

Ainsi, si les parlementaires iraniens ont reporté un débat, prévu initialement dimanche, sur une possible interruption immédiate des exportation de pétrole du pays à l'Union européenne (UE), une proposition de loi dans ce sens pourrait être élaborée dans les prochains jours.

L'UE avait décidé la semaine dernière un embargo sur le brut iranien, mais seulement de façon graduelle d'ici à juillet pour laisser le temps à ses membres de trouver des sources d'approvisionnements alternatives.

"Les Iraniens sont maîtres du jeu pour le moment, et plusieurs facteurs pourraient conduire à une escalade de la crise, comme la proposition répétée de l'Arabie saoudite de remplacer sur les marchés le manque de brut iranien", qui sera perçue comme "extrêmement provocatrice" par Téhéran, indiquait David Hufton, analyste du courtier PVM.

De plus, toujours sur le front de l'offre, "l'interruption de la production de 350.000 barils par jour du Soudan du sud devrait contribuer à tirer les prix vers le haut", poursuivait M. Hufton.

Le Soudan du sud a annoncé dimanche suspendre son offre du brut en raison d'un différend avec le Soudan, qu'il soupçonne de prélever une partie du pétrole en transit en territoire soudanais.

jq



(AWP / 31.01.2012 18h49)


Commenter Hésitant, le marché est refroidi par le dollar et des indicateurs US


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:05

Le pétrole tente de se reprendre, peu surpris par l'Opep

Londres: Les prix du pétrole tentaient timidement de relever la tête vendredi en fin d'échanges européens, après une réunion encourageante des pays...

vendredi 22 septembre 2017 à 16:44

Total: accord avec Chevron pour explorer dans le Golfe du Me…

Paris: Le groupe pétrolier et gazier français Total a annoncé vendredi avoir signé un accord avec l'américain Chevron pour explorer en eau...

vendredi 22 septembre 2017 à 15:22

Le pétrole, scrutant une réunion de l'Opep, ouvre en baisse …

New York: Les cours du pétrole coté à New York reculaient à l'ouverture vendredi alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 13:46

Pétrole: Moscou favorable à la poursuite de l'entente avec l…

Vienne: Le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est dit favorable à la poursuite d'une action "concertée" avec l'Opep sur le pétrole...

vendredi 22 septembre 2017 à 12:25

Le pétrole stable sur fond de consultations à l'Opep

Londres: Les prix du pétrole étaient peu ou prou stables vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs attendant des indices en provenance...

vendredi 22 septembre 2017 à 08:25

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, les investisseurs attendant une rencontre entre des représentants de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite