Menu
RSS

Perte de terrain au lendemain de l'embargo européen contre l'Iran

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole perdaient du terrain mardi en cours d'échanges européens, dans un marché sans élan, où s'estompait les effets de la décision la veille d'un embargo de l'Union européenne (UE) sur le brut iranien.

Vers 11h25 GMT (12h25 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 110,05 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 53 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 39 cents à 99,19 dollars.

Les pays de l'UE se sont mis d'accord lundi pour imposer un embargo pétrolier graduel contre l'Iran ainsi que pour sanctionner sa banque centrale afin d'assécher le financement de son programme nucléaire, une décision qui a momentanément dopé les cours du baril, mais cet élan retombait mardi.

Dans l'ensemble, "la décision a eu peu d'impact sur les prix du baril, d'abord parce que cet accord était largement attendu (par les investisseurs) et ensuite parce que la mise en place graduelle de l'embargo n'implique pas de changement important à court terme", expliquaient les experts de Commerzbank.

L'annulation des contrats existants entre les Européens et l'Iran interviendra au plus tard le 1er juillet, pour permettre aux pays plus dépendants de se retourner. L'Iran vend environ 600'000 barils de brut par jour à l'UE, soit 20% de ses exportations pétrolières.

De surcroît, l'Arabie saoudite, qui possède des capacités de production non utilisées de plus de 2 millions de barils par jour, "s'est engagée à compenser le manque du brut iranien", ajoutaient-ils, ce qui devrait contribuer à limiter les pressions sur l'offre mondiale.

"Des réactions courroucées de la part de députés iraniens ont pu aviver lundi les craintes de perturbations dans le détroit d'Ormuz (contrôlé par l'Iran, et par lequel transitent 35% du trafic maritime pétrolier mondial), mais cela ressemble beaucoup à une rhétorique sans réelle intention" de passer à l'acte, soulignait de son côté Andrey Kryuchenkov.

Selon lui, "il n'y a pas grand chose sur le marché pour continuer de tirer les prix du pétrole vers le haut", alors que les opérateurs continuent de scruter la situation dans la zone euro et que la Grèce poursuit ses négociations avec ses créanciers privés pour éviter un défaut de paiement.

Les inquiétudes sur la santé de l'économie européenne restent par ailleurs vives.

"La consommation européenne de pétrole était en octobre en recul de plus de 500'000 barils par jour par rapport au même mois une année auparavant... La baisse de la demande est un plus gros risque pour le marché que l'interruption de ses importations de brut iranien", commentait Olivier Jakob, de la société suisse Petromatrix.

Les volumes d'échanges sur les marchés pétroliers étaient par ailleurs limités mardi par l'absence de nombreux investisseurs asiatiques, en raison des congés pour le Nouvel an lunaire.

Par ailleurs, les opérateurs restaient attentifs à la situation au Soudan du Sud, qui a ordonné vendredi l'arrêt de sa production de pétrole (350'000 barils par jour) en raison d'un différend avec le Soudan, qu'il soupçonne de prélever une partie de ce brut lors du transit sur son territoire.

cha



(AWP / 24.01.2012 12h55)


Commenter Perte de terrain au lendemain de l'embargo européen contre l'Iran

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Le pétrole en Iran


lundi 13 mars 2017

Pétrole: Hyundai signe un accord de 3 mds EUR dans un projet…

Séoul: Le groupe sud-coréen Hyundai Engineering a signé un accord portant sur un montant de trois milliards d'euros pour investir dans un...

samedi 04 mars 2017

L'Iran "comprend" que Total attende une décision a…

Téhéran: Le gouvernement iranien "comprend" que le groupe pétrolier français Total attende une "décision finale" des Etats-Unis concernant l'Iran pour concrétiser ses...

samedi 04 février 2017

Pétrole: l'Iran repousse la date limite de son appel d'offre…

Téhéran: L'Iran a repoussé la date limite de son appel d'offres pour le développement de projets liés aux hydrocarbures, exhortant le géant...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 28 juin 2017 à 15:30

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York avant un rappor…

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en légère baisse mercredi à New York, le marché attendant avec fébrilité...

mercredi 28 juin 2017 à 12:58

Le pétrole baisse un peu, l'offre surabondante pèse

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu mercredi en cours d'échanges européens, la surabondance persistante de l'offre pesant de nouveau sur...

mercredi 28 juin 2017 à 07:51

Le pétrole baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient à la baisse mercredi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des stocks de brut américain.

mardi 27 juin 2017 à 21:08

Le pétrole porté par l'anticipation d'une baisse des stocks

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York et à Londres, soutenus par l'anticipation...

mardi 27 juin 2017 à 18:14

Le pétrole se reprend, aidé par l'accès de faiblesse du doll…

Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur reprise mardi en fin d'échanges européens, aidés notamment par un accès de faiblesse du dollar...

mardi 27 juin 2017 à 15:47

Le pétrole ouvre en hausse, porté par la faiblesse du dollar

New York: Les cours du pétrole ont débuté la séance en hausse mardi à New York, portés par un accès de faiblesse...

mardi 27 juin 2017 à 15:08

Rosneft se dit victime d'une "puissante attaque informa…

Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft s'est dit victime mardi d'une "puissante attaque informatique" visant ses serveurs, précisant que sa production...

mardi 27 juin 2017 à 12:33

Le pétrole tente de se reprendre mais reste sous pression

Londres: Les prix du pétrole montaient un peu mardi en cours d'échanges européens, tentant de nouveau de se reprendre mais restant proches...

mardi 27 juin 2017 à 07:13

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse mardi en Asie, les prix continuant à se stabiliser après cinq semaines...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite