Menu
RSS
A+ A A-

Le brut finit en hausse à New York, soutenus par la chute des stocks

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les prix du pétrole ont terminé en hausse mercredi à New York, soutenus par une chute spectaculaire des stocks de brut aux Etats-Unis, mais aussi par le prêt géant accordé par la Banque centrale européenne (BCE) aux banques du Vieux Continent.

Le baril de "light sweet crude" pour livraison en février a terminé à 98,67 dollars, en hausse de 1,43 dollar par rapport à mardi sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a terminé à 107,71 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en progression de 98 cents.

Les stocks de brut ont baissé de 10,6 millions de barils aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 16 décembre, une diminution quatre fois plus importante que ce que prévoyaient les analystes, selon des chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Energie (DoE).

De même, les réserves de produits distillés ont reculé de 2,4 millions de barils, une baisse huit fois plus forte que celle prévue par les analystes. Attendu à la hausse, les stocks d'essence se sont repliés de 400'000 barils.

"Plusieurs éléments expliquent cette chute", a expliqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, relevant notamment le fait que "les raffineries réduisent leurs volumes en fin d'année", notamment au Texas afin de réduire le coût d'une taxe annuelle prélevée fin décembre par cet Etat du sud des Etats-Unis.

Ce recul "est impressionnant par son volume mais n'est pas surprenant", a souligné M. Lipow, misant sur une nouvelle hausse des stocks américains à partir de mi-janvier.

Avant même la publication de ce rapport hebdomadaire les cours du brut avaient ouvert en hausse, grâce à l'optimisme suscité par l'annonce des résultats d'un prêt géant aux banques par la BCE. 523 banques de la zone euro se sont pressées pour obtenir un montant historique de 489 milliards d'euros de prêts.

"L'action de la BCE a initialement beaucoup porté le marché en injectant des liquidités (mais) au final, les fondamentaux restent les mêmes et rien n'a vraiment changé et quand vous regardez les taux à 10 ans des dettes espagnoles ou italiennes, c'est toujours pareil", a tempéré Bart Melek, de TD Securities.

"En bout de ligne, je ne pense pas que la demande soit si forte et je m'attends toujours à voir les prix du brut baisser", a-t-il fait valoir.

Le marché était par ailleurs toujours porté par "les risques géopolitiques croissants", a souligné Phil Flynn, de PFG Best.

En particulier, les tensions autour du dossier du nucléaire iranien réactivent la prime au risque. "Les dirigeants européennes se rencontrent à Rome pour préparer un plan de sanctions contre l'Iran (qui pourrait résulter) en un embargo du pétrole" de ce pays, a noté M. Flynn.

Le marché s'inquiétait également de la situation au Kazakhstan. Un mouvement de protestation de plusieurs milliers de personnes agite depuis le week-end dernier l'Ouest du premier pays pétrolier d'Asie centrale, après la répression brutale d'émeutes qui a fait au moins 15 morts en trois jours.

"Le Kazakhstan produit un volume équivalent à ce que produisait la Libye avant la guerre, environ 1,6 million de barils par jour" qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi, a souligné M. Lipow.

Les investisseurs restaient en outre rassérénés par une amélioration inattendue du climat des affaires en Allemagne, par le succès d'une émission de dette en Espagne et de bons chiffres de la construction aux Etats-Unis, qui avaient fait bondir les cours de plus de trois dollars mardi.

rp



(AWP / 22.12.2011 06h21)


Commenter Le brut finit en hausse à New York, soutenus par la chute des stocks


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite