Menu
RSS
A+ A A-

La baisse se poursuit après des indicateurs américains décevants

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole poursuivaient leur baisse jeudi en fin d'échanges européens, pénalisés par des prises de bénéfices, et par des indicateurs américains décevants alimentant des craintes sur les perspectives de la demande, toujours en berne, de brut du pays.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 97,80 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, perdant 11 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques du New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance lâchait 1,34 dollar à 85,99 dollars, après être tombé à 85,63 dollars, son niveau le plus faible depuis près de deux mois.

Les cours du baril cédaient du terrain, certains investisseurs engrangeant des bénéfices après la forte hausse enregistrée la veille.

Les prix avaient bondi de plus de 1 dollar à New York et de plus de 2 dollars à Londres, mettant fin à six séances de baisse, portés par l'annonce du maintien des mesures de relance de la banque centrale américaine (Fed).

Le marché renouait cependant jeudi avec la prudence, à la suite de la dégradation de la note du Japon par l'agence de notation financière Standard & Poor's, qui a jeté un froid sur les marchés, faisant naître des craintes de voir les problèmes d'endettement se propager au delà de l'Europe et ainsi peser sur la demande mondiale de brut.

Les craintes sur les perspectives de la consommation de pétrole étaient de plus alimentées par des indicateurs décevants aux Etats-Unis, dont les nouvelles inscriptions au chômage, qui ont décollé lors de la semaine du 16 au 22 janvier.

En outre, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont, contre toute attente, baissé en décembre pour le troisième mois consécutif.

Ces nouvelles s'ajoutaient à de mauvais chiffres des réserves américaines de pétrole publiés mercredi: le Département américain de l'Energie (DoE) a fait état d'une augmentation cinq fois plus marquée que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière (+4,8 millions de barils), accompagnés d'une hausse importante des réserves d'essence (+2,4 millions).

Détail remarqué: le terminal de Cushing (Oklahoma, Sud), déjà proche de la saturation, a vu ses réserves gonfler encore, et se rapprocher du historique enregistré en 2010. C'est le principal centre de stockage du pays, où est conservé le brut texan servant de référence sur la place new-yorkaise.

"L'offre abondante de brut sur le marché américain contribue à élargir encore un peu plus, à plus de 10 dollars, l'écart entre le Brent (londonien) et le WTI (coté à New York)", une différence "inhabituelle" entre les deux contrats de référence, rappelait Commerzbank.

Si à la mi-janvier les cours avaient tutoyé les 100 dollars le baril à Londres, l'humeur du marché n'est pas propice, à court terme, à un retour vers ce seuil très symbolique.

"Ajoutons (à la prudence déjà vive du marché) une atténuation de la rigueur hivernale (en Europe) et la menace imminente de mesures supplémentaires de resserrement monétaire en Chine, deuxième consommateur de brut du monde, et les chances de réussir à franchir les 100 dollars semblent encore plus improbables", estimait Filip Petersson, analyste de la banque SEB.

ds

(AWP/27 janvier 2011 18h30)

Commenter La baisse se poursuit après des indicateurs américains décevants


Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

lundi 25 septembre 2017 à 12:16

Kurdistan irakien: assécher les revenus du pétrole dépend de…

Bagdad: L'arrêt des transactions pétrolières avec le Kurdistan irakien, demandé par Bagdad comme mesure de rétorsion à la tenue lundi du référendum...

lundi 25 septembre 2017 à 10:32

L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de prod…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Opep discutera en novembre de la prolongation des réductions de production qui ont stimulé les prix et...

lundi 25 septembre 2017 à 05:23

Le pétrole à la hausse en Asie avant l'Opep

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie après une réunion de l'Opep qui s'est terminée sans engagement tangible sur une...

dimanche 24 septembre 2017 à 20:50

Kurdistan: Bagdad demande aux pays de ne traiter qu'avec lui…

Bagdad: Le gouvernement irakien a demandé dimanche à tous les pays de ne traiter qu'avec lui pour les transactions pétrolières après la...

vendredi 22 septembre 2017 à 21:00

Sans surprise du côté de l'Opep, le pétrole termine en hauss…

NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York a légèrement progressé vendredi après une réunion de l'Organisation...

vendredi 22 septembre 2017 à 18:39

Exploration de pétrole en Guyane, Alexandre se félicite, les…

Paris: Le président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre s'est félicité vendredi dans un communiqué de la prolongation jeudi...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite