Menu
RSS
A+ A A-

Le brut repasse sous les 100 dollars à New York, déprimé par la BCE

prix-du-petrole (reprise de la veille)</p(reprise de la veille):

(reprise de la veille)


New York - Les prix du pétrole ont fini en nette baisse jeudi à New York, plombés par l'opposition de la Banque centrale européenne (BCE) à une intervention massive sur le marché obligataire, une mesure que souhaitait vivement le marché.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier, qui avait ouvert en hausse, a reculé de 2,15 dollars par rapport à mercredi, pour repasser sous la barre symbolique des 100 dollars, à 98,34 dollars le baril sur le New York Mercantile Exchange.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a terminé à 108,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en recul de 1,42 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

La Banque centrale européenne a décidé jeudi de baisser son principal taux directeur d'un quart de point de pourcentage à 1%, une décision largement attendue par les analystes.

L'abaissement du taux directeur européen "même s'il avait déjà été anticipé par le marché, est favorable (...) car cela va favoriser l'ajout de liquidité", a noté Phil Flynn, de PFG Best Research.

Cette décision a brièvement soutenu une hausse des cours, avant que le président de la BCE Mario Draghi ne réitère en conférence de presse son opposition à une intervention massive de son institution face à la crise, appelant plutôt les gouvernements à "faire le maximum".

M. Draghi "a douché les espoirs de voir (l'institution de Francfort) acheter des obligations comme le voulaient les marchés", a commenté Tom Bentz de BNP Paribas.

Certains cambistes espéraient voir l'institution de Francfort annoncer un renforcement de sa participation sur le marché obligataire en rachetant des obligations des pays lourdement endettés de la zone euro, une action vue par de nombreux économistes comme la seule solution crédible pour rassurer les marchés et mettre un terme à la contagion de la crise.

"Les prix ont déjà intégré une fin positive du sommet et donc n'importe quel signe d'un échec se fera très vite sentir négativement dans les cours", a expliqué M. Bentz, se disant "fatigué" que les marchés soient "esclaves" de la situation en Europe.

En outre, la BCE a maintenu sa prévision de 1,6% pour cette année, et elle a livré une première estimation pour 2013, d'une croissance de 1,3% en zone euro.

Sur le front américain, les cours ont été brièvement portés par la forte baisse des nouvelles inscriptions au chômage, qui sont tombées à leur niveau le plus faible en un peu plus de dix mois.

"C'est bien mieux qu'espéré", a commenté Matt Smith de Summit Energy (groupe Schneider Electric), expliquant que le marché commence à envisager un baril autour de 150 dollars "alors que les tensions géopolitiques continuent de croître en l'Iran et l'Occident".

En particulier, les opérateurs surveillent toute décision de l'Union européenne sur un possible embargo sur le pétrole iranien.

Cet embargo priverait les Européens de 450'000 barils par jour, "qui seront pour eux très difficiles à remplacer", avait estimé mercredi Abdallah El Badri, le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

De plus, l'accroissement plus rapide qu'attendu de la production libyenne depuis la fin de la guerre civile dans le pays en août "n'arrive pas à apaiser les marchés pétrolier, peut-être par ce que les exportations restent très inférieures à ce qui est produit", ont souligné les experts de Commerzbank.

Ainsi, "même si la Libye pompe actuellement plus de 800'000 barils par jour, la Compagnie nationale (NOC) ne table que sur des exportations un peu inférieures à 300'000 barils par jour en décembre", ont-ils rapporté.

rp



(AWP / 09.12.2011 06h21)


Commenter Le brut repasse sous les 100 dollars à New York, déprimé par la BCE


Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 21 septembre 2017 à 21:21

Le pétrole termine en baisse à New York avant une réunion de…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole coté à New York a fini en légère baisse jeudi à la veille d'une rencontre...

jeudi 21 septembre 2017 à 18:03

Le pétrole en légère baisse face à la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole étaient en léger repli jeudi en fin d'échanges européens, pénalisés par l'appréciation du dollar au lendemain d'une...

jeudi 21 septembre 2017 à 15:28

Le pétrole ouvre en baisse à New York, freiné par la hausse …

New York: Le baril de pétrole new-yorkais reculait légèrement à l'ouverture jeudi, freiné par la hausse du dollar dans le sillage de...

jeudi 21 septembre 2017 à 12:45

Le pétrole repart à la baisse mais reste élevé

Londres: Les prix du pétrole baissaient un peu jeudi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur hausse de la veille...

jeudi 21 septembre 2017 à 09:54

Pétrole: un permis d'exploration de Total en Guyane prolongé

Paris: Le ministère de la Transition écologique et solidaire a donné son feu vert à la prolongation du permis exclusif d'exploration d'hydrocarbures...

jeudi 21 septembre 2017 à 06:13

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction jeudi en Asie tout en restant au-dessus du seuil de 50 dollars, les marchés...

mercredi 20 septembre 2017 à 20:53

Le pétrole clôture au-dessus des 50 dollars le baril à New Y…

NYC/Cours de clôture: Le baril de pétrole new-yorkais a terminé au-dessus de la barre des 50 dollars mercredi après un rapport disparate...

mercredi 20 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole monte malgré la hausse des stocks américains de b…

Londres: Les cours du pétrole montaient un peu mercredi en fin d'échanges européens, les investisseurs digérant un rapport sur les réserves américaines...

mercredi 20 septembre 2017 à 17:13

USA: les stocks de brut augmentent un peu plus qu'attendu au…

New York: Les stocks de pétrole brut ont progressé un peu plus fortement que prévu aux Etats-Unis la semaine dernière alors que...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite