Menu
RSS
A+ A A-

Le chef de l'Opep rassurant sur l'état du marché pétrolier

prix-du-petrole Doha Doha : Le secrétaire général de l'Opep, Abdallah El Badri, s'est montré rassurant mercredi sur l'approvisionnement du marché, avec une reprise rapide de la production en Libye, et a demandé à l'Union européenne d'éviter un embargo sur le pétrole iranien.

"Le prix moyen du baril a été satisfaisant cette année pour les producteurs et pour les consommateurs", a déclaré M. El Badri lors du Congrès mondial sur le pétrole organisé à Doha, jugeant "équitable" le niveau des prix qui oscille entre 100 et 120 dollars.

"Cette année, le marché a connu un flux constant" des approvisionnements, a-t-il ajouté, en précisant qu'en dépit des incertitudes sur la croissance économique mondiale, un désastre naturel au Japon et les soulèvements au Moyen-Orient et au Maghreb, "il n'y a pas eu de pénurie de pétrole".

M. El Badri a également souligné que la Libye était en train de revenir à son ancien niveau de production plus vite que prévu, un autre élément de nature à rassurer les marchés.

"La Libye atteindra sa production normale d'ici la fin du deuxième trimestre 2012", avec 1,58 million de barils par jour (mbj), a-t-il dit, ajoutant que "la production revient très rapidement, ce qui a surpris presque tout le monde".

Avant le début de la révolte en Libye mi-février, le pays, membre de l'Opep, produisait 1,6 mbj de pétrole, pour des exportations de 1,3 mbj. Cette production avait ensuite quasiment cessé, jusqu'à la relance des premiers champs le 12 septembre, puis la reprise des exportations.

En novembre, la Libye a repassé le cap des 600'000 barils par jour, et le chef de la Compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC) Nouri Berouin avait indiqué à l'époque qu'il espérait un retour à la normale d'ici la fin 2012.

Assise sur les premières réserves de l'Afrique, la Libye n'était sous Mouammar Kadhafi que le quatrième producteur du continent. La chute du régime a réveillé chez les compagnies l'espoir de nouveaux contrats et d'une augmentation de la production au-delà des 1,6 million de barils par jour.

L'italien Eni, le français Total, l'espagnol Repsol, l'allemand Wintershall ou l'autrichien OMV ont notamment déjà des productions en Libye.

M. El Badri a par ailleurs espéré qu'il n'y aurait pas d'embargo de l'Union européenne (UE) sur le pétrole iranien, en faisant valoir qu'il serait "très difficile" de le remplacer par d'autres sources.

"J'espère vraiment qu'il n'y aura pas d'embargo de l'UE", a-t-il déclaré.

"C'est vraiment très difficile de remplacer" les centaines de milliers de barils de pétrole que l'Europe importe chaque jour d'Iran, a-t-il ajouté.

L'UE envisage actuellement des nouvelles sanctions pétrolières contre l'Iran, pour faire pression sur ce pays en raison de son programme nucléaire controversé, et cherche du soutien en dehors de ses frontières.

M. El Badri a avancé le chiffre de 865'000 barils par jour importés d'Iran par l'Union européenne et le reste de l'Europe.

Selon le département américain de l'Energie (EIA), les importations de l'UE ont atteint 450.000 barils par jour au premier semestre, les pays les plus dépendants étant la Grèce, l'Italie et l'Espagne, actuellement en mauvaise posture économique et les moins favorables à un embargo.

"L'Europe fait actuellement face à des difficultés comme les dettes souveraines ou le chômage, donc se priver de ces 865'000 barils par jour immédiatement je pense que c'est problématique", a souligné M. El Badri.

L'Iran est le deuxième pays producteur de l'Opep, derrière l'Arabie saoudite. L'an passé, le pays a exporté 2,2 millions de barils par jour, essentiellement vers l'Asie. L'UE a pesé pour 18% du total.

Le ministre russe de l'Energie, Sergueï Schmatko, présent à Doha, a déclaré de son côté que son pays comptait rester "aussi neutre que possible" sur un éventuel embargo européen sur le pétrole iranien.

rp



(AWP / 07.12.2011 13h01)


Commenter Le chef de l'Opep rassurant sur l'état du marché pétrolier


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 18:11

Le pétrole recule, prudence des marchés après le bond de lun…

Londres: Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d'échanges européens après avoir atteint leur plus haut en deux ans, les marchés...

mardi 26 septembre 2017 à 17:32

Pétrole: deux nouvelles entités de Schlumberger en France to…

Paris: Deux nouvelles entités en France du groupe de services parapétroliers Schlumberger sont visés par un plan social, portant à trois le...

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite