Menu
RSS
A+ A A-

Les pays du Golfe prêts à surmonter les crises du monde arabe

prix-du-petrole Doha Doha : Le Qatar a affiché lundi la capacité des monarchies du Golfe riches en pétrole à approvisionner les marchés malgré les troubles politiques du monde arabe, relayé par l'Arabie saoudite qui s'est dite prête à compenser toute pénurie grâce à des niveaux de production élevés.

"Les événements dans la région arabe ont provoqué des inquiétudes concernant l'offre d'énergie. Nous pensons que l'offre va surmonter les crises d'instabilité au Moyen-Orient", a assuré l'émir régnant du Qatar, Khalifa ben Hamad Al-Thani, en ouvrant un important congrès pétrolier à Doha.

"Je veux insister sur l'engagement pris (...) de maintenir l'offre de pétrole", a dit le souverain, précisant agir en coordination avec les autres producteurs.

LE BARIL À PLUS DE 100 USD

Cette assurance vient alors que le baril de brut s'est installé confortablement ces derniers jours au-delà des 100 dollars à New York et à Londres, porté par les tensions politiques autour de l'Iran, deuxième robinet de l'OPEP après les Saoudiens et troisième au monde.

Le ministre iranien du Pétrole, Rostam Ghasemi, a dit en marge de la conférence qu'il n'était pas "inquiet de la menace que l'Union Européenne puisse bannir les importations", alors qu'un député iranien a affirmé dimanche que le prix s'envolerait à 250 dollars en cas de sanctions occidentales sur l'achat de pétrole d'Iran.

Outre un embargo occidental très efficace sur les exportations assez modestes de pétrole syrien et des perturbations sur le gaz du Yémen, le principal effet du "Printemps arabe" a été de priver le monde pendant de longs mois des quelque 1,6 million de barils par jour produits en Libye avant la chute de Mouammar Kadhafi.

LA PRODUCTION LIBYENNE A REPRIS PLUS VITE QUE PRÉVU

La production des pays du Golfe, les plus riches en hydrocarbures, n'a pas été affectée en dehors de troubles dans le petit royaume du Bahreïn et de petites manifestations de la minorité chiite en Arabie saoudite, ainsi qu'au Koweït et à Oman.

La production libyenne a en outre repris plus rapidement que prévu et pourrait atteindre 1 million barils/jour d'ici la fin de l'année, selon des analystes.

La question du retour de la Libye sur le marché pourrait jouer un rôle lors de la prochaine réunion de l'OPEP le 14 décembre à Vienne, mais plusieurs pays comme le Qatar et le Koweït ont suggéré la piste d'un statu quo.

"Les prix sont déterminés par le marché et l'offre est suffisante", a dit dimanche soir le ministre qatari de l'Energie, Mohammed al-Sada.

ARABIE SAOUDITE SOUCIEUSE DE LA STABILITÉ DU MARCHÉ

L'Arabie saoudite a indiqué lundi que sa production de pétrole brut et de condensats était au-delà des 10 millions de barils par jour.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi a répété que le royaume, chef de file de l'Opep, était soucieux de "la stabilité du marché" et qu'il utiliserait sa capacité de réserve pour "répondre à une pénurie dans l'offre ou une hausse inattendue dans la demande".

Le pétrole était en hausse lundi en Asie --avec un baril WTI à 101,29 dollars et le brent à 110,42 dollars--, en raison notamment de craintes sur l'impact de possibles sanctions visant l'Iran et des inquiétudes autour du détroit d'Ormuz, où transite près de 40% du trafic maritime pétrolier mondial.

Fin novembre, un influent sénateur américain, Mark Kirk, avait affirmé que l'Arabie saoudite était prête à augmenter sa production de pétrole afin que d'éventuelles nouvelles sanctions américaines contre l'Iran ne perturbent pas le marché mondial du brut.

Le Qatar, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié et riche des troisièmes réserves gazières mondiales, accueille jusqu'à jeudi le Congrès mondial du Pétrole, qui rassemble notamment ministres du pétrole et PDG des grandes compagnies mondiales.

C'est la première fois en près de 80 ans d'existence que le congrès a lieu au Moyen-Orient.

rp



(AWP / 05.12.2011 13h31)


Commenter Les pays du Golfe prêts à surmonter les crises du monde arabe


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite