Menu
RSS
A+ A A-

Le brut réduit ses gains, après une hausse massive des stocks américains

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole réduisaient leurs gains mercredi en fin d'échanges européens, limitant leur rebond à Londres et retombant à l'équilibre à New York, après l'annonce d'une hausse bien plus forte que prévu des réserves de brut américaines.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 96,60 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,35 dollar par rapport à la clôture de mardi, perdant un peu de terrain après être monté jusqu'à près de 97 dollars.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars oscillait autour de l'équilibre, grignotant 4 cents à 86,23 dollars.

Les cours du baril, portés par des achats à bon compte en début de séance, ont complètement effacé leurs gains à New York et restreint leur avance sur la place londonienne dans un marché pâtissant des chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE).

Celui-ci a fait état d'un bond de 4,8 millions de barils des réserves de brut aux Etats-Unis, lors de la semaine achevée le 21 janvier, alors que les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires tablaient sur une hausse cinq fois moins importante, de seulement 900'000 barils.

De leur côté, les stocks d'essence se sont envolés de 2,4 millions de barils, un peu plus qu'attendu, et les stocks de produits distillés (dont gazole et fioul de chauffage) n'ont reculé que de seulement 100'000 barils, malgré des températures plus froides que la normale.

"Les stocks de brut demeurent à un niveau record pour un mois de janvier, et les réserves d'essence sont également montés à un niveau sans précédent pour cette période de l'année, en raison d'une demande très médiocre", soulignait dans une note Christophe Barret, analyste de Crédit Agricole.

Précision inquiétante pour les opérateurs: le terminal de Cushing (Oklahoma, Sud), principal centre de stockage pétrolier du pays et déjà proche de la saturation, a vu ses réserves encore gonfler, de 900'000 barils, à 37,7 millions de barils.

Là encore, "il s'agit d'un niveau historique pour ce moment de l'année, pas très éloigné du record de 37,9 millions de baril" enregistré en 2010, relevait M. Barret, selon qui les stocks étaient dopés par la période de maintenance des raffineries, qui ont nettement réduit leur cadence la semaine dernière.

Pour lui, le niveau des stocks de Cushing "aide à comprendre l'écart important", environ dix dollars, entre le Brent londonien et le WTI échangé à New-York. C'est en effet à Cushing qu'est conservé le brut pompé dans l'ouest du Texas, qui sert de référence au marché new-yorkais.

Les cours du baril avaient dégringolé de plus de trois dollars des deux côtés de l'Atlantique sur les deux premières séances de la semaine, dans un marché où pesait la perspective d'une augmentation de l'offre de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) en 2011 et l'annonce inattendue d'une contraction de l'économie britannique au quatrième trimestre 2010.

Le discours tenu mardi soir par Barak Obama apportait cependant un peu de soutien aux opérateurs. Le président américain a plaidé devant le Congrès pour un réduction du déficit du pays à long terme et une réduction de l'impôt sur les sociétés.

"Même si certaines propositions ne vont avoir qu'un effet mineur sur le déficit, le marché a l'impression que c'est un point un départ", a commenté Phil Flynn, de PFG Best.

fah

(AWP/26 janvier 2011 18h45)

Commenter Le brut réduit ses gains, après une hausse massive des stocks américains


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 25 juillet 2017 à 23:36

Colombie: oléoduc hors service depuis près de deux mois à ca…

Bogota: L'oléoduc Caño Limon-Coveñas, le deuxième plus important de Colombie, est hors service depuis près de deux mois suite à des attaques...

mardi 25 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole dopé par les promesses de l'Arabie saoudite

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi, entraînés par l'engagement de l'Arabie saoudite à limiter ses...

mardi 25 juillet 2017 à 18:11

Le pétrole grimpe, soutenu par l'Arabie saoudite

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement mardi en fin d'échanges européens, dopés par les propos rassurants de l'Arabie saoudite lors de...

mardi 25 juillet 2017 à 15:33

Le pétrole, galvanisé par l'Arabie saoudite, ouvre en hausse…

New York: Les cours du pétrole étaient encore stimulés mardi à l'ouverture à New York par l'annonce d'une baisse des exportations de...

mardi 25 juillet 2017 à 12:30

Le pétrole poursuit sa hausse après la réunion de Saint-Péte…

Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse mardi en cours d'échanges européens au lendemain de la réunion de Saint-Pétersbourg des pays...

mardi 25 juillet 2017 à 10:28

TechnipFMC annonce une grosse erreur dans ses comptes, le ti…

Paris: Le groupe parapétrolier TechnipFMC chutait de plus de 8% mardi en Bourse, après avoir surévalué de 209,5 millions de dollars ses...

mardi 25 juillet 2017 à 05:26

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie après Saint-Pétersbour…

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper, mardi en Asie, galvanisés par l'engagement de l'Arabie saoudite à limiter ses exportations et...

lundi 24 juillet 2017 à 21:27

Le pétrole, rassuré par l'Arabie saoudite, termine en hausse…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé lundi à New York, encouragés par l'engagement de l'Arabie saoudite à limiter ses...

lundi 24 juillet 2017 à 18:15

Le pétrole remonte, l'Arabie saoudite rassure

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi en fin d'échanges européens après que l'Opep et de ses partenaires se sont rencontrés pour...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite