Menu
RSS
A+ A A-

Le brut cède du terrain, pas de profit de l'action des banques centrales

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole cédaient du terrain jeudi en cours d'échanges européens, le marché restant prudent face à la crise dans la zone euro malgré une action concertée des principales banques centrales, alors que les craintes sur la demande énergétique mondiale restent vives.

Vers 11H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier s'échangeait à 109,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,30 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 30 cents à 100,06 dollars.

Les cours du baril avaient brièvement bondi mercredi après l'annonce d'une action concertée de six des plus grandes banques centrales de la planète, visant à renforcer leurs échanges de devises pour soutenir un secteur financier en manque de liquidités.

La perspective d'un flux de liquidités propre à stimuler les investissements dans les matières premières, "conjuguée à l'affaiblissement du dollar (face à un euro revigoré) et aux tensions croissantes sur l'Iran après l'attaque de l'ambassade britannique à Téhéran, ont constitué un cocktail favorable pour les prix, mais ça n'a pas tenu", rappelait David Hufton, du courtier PVM.

"Les prix ont vivement inversé la tendance après des chiffres très mitigés du Département américain de l'Energie (DoE)", expliquait-il.

Le DoE a fait état d'un bond de 3,9 millions de barils des réserves de brut du pays, alors que les analystes attendaient une baisse, tandis que les stocks de produits distillés (dont le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver, grimpaient de 5,5 millions de barils.

De quoi aviver les inquiétudes des investisseurs sur la solidité de la demande énergétique des Etats-Unis (deuxième pays consommateur de brut du monde), alors que l'économie en Chine (premier consommateur) multiplie les signes d'essouflement.

Selon les chiffres officiels publiés jeudi, la production manufacturière du pays s'est contracté en novembre, pour la première fois depuis mars 2009.

"Sur le front de l'offre, le marché a également pâti de l'annonce de la Compagnie nationale libyenne, qui a indiqué que la production de brut en Libye avait déjà atteint 840'000 barils par jour, elle redémarre donc beaucoup plus rapidement qu'attendu", poursuivait David Hufton.

Les opérateurs restaient par ailleurs circonspects sur la situation de la zone euro, alors que les dirigeants européens s'efforcent toujours de trouver un pare-feu à la crise des dettes souveraines avant un sommet européen crucial des 8 et 9 décembre.

"La croissance chinoise ne pourra pas rester à 8% ou 9% si les déboires de la zone euro s'aggravent sérieusement et, de même, la situation du déficit et de l'endettement des Etats-Unis empirera. Tout est imbriqué, mais cela marchera en sens inverse s'il y a un soulagement sur la zone euro", notait M. Hufton.

"Dans ce contexte, où la zone euro un jour est en péril l'autre jour apparaît comme un survivant, il n'est pas surprenant d'assister à une très grande volatilité sur les marchés du pétrole", ajoutait-il.

L'Iran, deuxième pays producteur au sein de l'Opep, restait cependant en ligne de mire des opérateurs, alors que le Royaume-Uni et l'Allemagne ont indiqué vouloir isoler financièrement le régime iranien et durcir les sanctions contre Téhéran, soupçonné de chercher à développer l'arme atomique.

tt



(AWP / 01.12.2011 13h06)


Commenter Le brut cède du terrain, pas de profit de l'action des banques centrales


Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 26 septembre 2017 à 16:07

Le pétrole, sous l'effet de prises de bénéfices, ouvre en ba…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York reculait mardi à l'ouverture après être monté la veille à...

mardi 26 septembre 2017 à 12:27

Le pétrole recule de son plus haut en deux ans à Londres

Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur bond de la veille provoqué par...

mardi 26 septembre 2017 à 05:58

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée mardi en Asie et grimpaient à des plus hauts de plusieurs mois, sous...

lundi 25 septembre 2017 à 21:17

Le pétrole termine au plus haut en deux ans à Londres et en …

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé lundi au plus haut depuis deux...

lundi 25 septembre 2017 à 18:41

Loi hydrocarbures: Hulot défend "l'axe principal" …

Paris: La loi sur l'interdiction de la production d'hydrocarbures est "l'axe principal" du plan climat du gouvernement, a défendu lundi le ministre...

lundi 25 septembre 2017 à 18:12

Le pétrole grimpe avec le référendum du Kurdistan irakien

Londres: Les cours du pétrole montaient nettement lundi en fin d'échanges européens, les investisseurs craignant que le référendum du Kurdistan irakien sur...

lundi 25 septembre 2017 à 15:48

Frontières et pétrole: Erdogan veut sanctionner les kurdes d…

Istanbul: Le président turc Recep Tayyip Erdogan, furieux contre le référendum d'indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de...

lundi 25 septembre 2017 à 15:19

Le pétrole, surveillant le Kurdistan irakien, ouvre en hauss…

New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York montait lundi à l'ouverture, aidé par des propos du président...

lundi 25 septembre 2017 à 12:40

Le pétrole monte encore, l'Opep pourrait prolonger son accor…

Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, les analystes se satisfaisant du ton optimiste adopté par des responsables...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En juin 2017, le prix du pétrole baisse de nouveau

Le lundi 24 juillet 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En juin 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-8,8 % après -7,1 %). Les prix en euros des autres matières premières importées continuent de baisser pour le quatrième mois consécutif (−4,3 % après −4,3 %). Le prix du pétrole baisse de nouveau En juin 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros baisse de nouveau nettement (−8,8 % après −7,1 %). Il s'établit à 42 € en moyenne par baril, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. En dollars, la baisse est moins...

Lire la suite

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite