Menu
RSS

Le brut cède du terrain, pas de profit de l'action des banques centrales

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole cédaient du terrain jeudi en cours d'échanges européens, le marché restant prudent face à la crise dans la zone euro malgré une action concertée des principales banques centrales, alors que les craintes sur la demande énergétique mondiale restent vives.

Vers 11H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier s'échangeait à 109,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,30 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 30 cents à 100,06 dollars.

Les cours du baril avaient brièvement bondi mercredi après l'annonce d'une action concertée de six des plus grandes banques centrales de la planète, visant à renforcer leurs échanges de devises pour soutenir un secteur financier en manque de liquidités.

La perspective d'un flux de liquidités propre à stimuler les investissements dans les matières premières, "conjuguée à l'affaiblissement du dollar (face à un euro revigoré) et aux tensions croissantes sur l'Iran après l'attaque de l'ambassade britannique à Téhéran, ont constitué un cocktail favorable pour les prix, mais ça n'a pas tenu", rappelait David Hufton, du courtier PVM.

"Les prix ont vivement inversé la tendance après des chiffres très mitigés du Département américain de l'Energie (DoE)", expliquait-il.

Le DoE a fait état d'un bond de 3,9 millions de barils des réserves de brut du pays, alors que les analystes attendaient une baisse, tandis que les stocks de produits distillés (dont le fioul de chauffage), très surveillés à l'approche de l'hiver, grimpaient de 5,5 millions de barils.

De quoi aviver les inquiétudes des investisseurs sur la solidité de la demande énergétique des Etats-Unis (deuxième pays consommateur de brut du monde), alors que l'économie en Chine (premier consommateur) multiplie les signes d'essouflement.

Selon les chiffres officiels publiés jeudi, la production manufacturière du pays s'est contracté en novembre, pour la première fois depuis mars 2009.

"Sur le front de l'offre, le marché a également pâti de l'annonce de la Compagnie nationale libyenne, qui a indiqué que la production de brut en Libye avait déjà atteint 840'000 barils par jour, elle redémarre donc beaucoup plus rapidement qu'attendu", poursuivait David Hufton.

Les opérateurs restaient par ailleurs circonspects sur la situation de la zone euro, alors que les dirigeants européens s'efforcent toujours de trouver un pare-feu à la crise des dettes souveraines avant un sommet européen crucial des 8 et 9 décembre.

"La croissance chinoise ne pourra pas rester à 8% ou 9% si les déboires de la zone euro s'aggravent sérieusement et, de même, la situation du déficit et de l'endettement des Etats-Unis empirera. Tout est imbriqué, mais cela marchera en sens inverse s'il y a un soulagement sur la zone euro", notait M. Hufton.

"Dans ce contexte, où la zone euro un jour est en péril l'autre jour apparaît comme un survivant, il n'est pas surprenant d'assister à une très grande volatilité sur les marchés du pétrole", ajoutait-il.

L'Iran, deuxième pays producteur au sein de l'Opep, restait cependant en ligne de mire des opérateurs, alors que le Royaume-Uni et l'Allemagne ont indiqué vouloir isoler financièrement le régime iranien et durcir les sanctions contre Téhéran, soupçonné de chercher à développer l'arme atomique.

tt



(AWP / 01.12.2011 13h06)


Commenter Le brut cède du terrain, pas de profit de l'action des banques centrales

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 avril 2017 à 21:17

Pas d'exception aux sanctions russes pour les entreprises pé…

Washington: L'administration Trump n'autorisera pas les entreprises américaines à participer à des projets pétroliers ou gaziers impliquant des sociétés visées par les...

vendredi 21 avril 2017 à 20:48

Le pétrole baisse nettement, le marché rattrapé par le doute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement baissé vendredi, une vague de pessimisme envahissant le marché à l'issue d'une semaine...

vendredi 21 avril 2017 à 18:29

Le pétrole à son plus bas en trois semaines, l'offre américa…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en fin d'échanges européens, alors que l'offre américaine paraît intarissable et malgré les efforts de...

vendredi 21 avril 2017 à 15:18

Le pétrole stagne à New York, l'attentisme dominant

New York: Les cours du pétrole stagnaient peu après l'ouverture vendredi à New York, le marché se montrant prudent à l'issue d'une...

vendredi 21 avril 2017 à 13:16

La consommation de produits pétroliers a baissé en mars

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont baissé de 1,3% en mars par rapport à la même période en 2016...

vendredi 21 avril 2017 à 12:25

Le pétrole stable, la surabondance inquiète les marchés

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d'échanges européens, les craintes sur une surproduction mondiale due au pétrole de...

vendredi 21 avril 2017 à 08:48

Chevron: l'Australie maintient un redressement fiscal de 189…

sydney: La justice australienne a confirmé vendredi en appel le redressement fiscal de 189 millions d'euros infligé au géant du pétrole Chevron...

vendredi 21 avril 2017 à 06:02

Le pétrole stable en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, vendredi en Asie, les informations sur une prolongation des baisses de production de l'Opep étant...

jeudi 20 avril 2017 à 20:52

Le pétrole finit sans tendance, tentant de se stabiliser

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole n'ont pas vraiment dégagé de tendance jeudi, tentant de reprendre pied au lendemain d'une forte...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite