Menu
RSS
A+ A A-

Le brut poursuit sa forte hausse à New York

prix-du-petrole 
:

New York - Les prix du pétrole ont poursuivi mardi leur progression à New York, terminant à un nouveau record depuis le milieu de l'été, les investisseurs pariant sur une sortie de crise en Europe et sur un nouveau recul des réserves américaines.

Le baril de "light sweet crude" pour livraison en décembre s'est adjugé à 93,17 dollars sur le New York Mercantile Exchange, en hausse de 1,90 dollar par rapport à la veille, soit un niveau plus atteint depuis le 2 août.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a terminé à 110,92 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 34 cents par rapport à la clôture de lundi.

La hausse des cours à New York "est en partie alimentée par le tassement de l'offre aux Etats-Unis et l'espoir de voir la demande reprendre avec l'apparente amélioration de l'économie", a commenté Matt Smith, de Summit Capital.

Les réserves de brut aux Etats-Unis ont chuté de 24,2 millions de barils (-7% du total) depuis début septembre, selon le ministère américain de l'Energie qui doit publier mercredi son rapport hebdomadaire.

"Les prix du WTI (brut coté à New York) réagissent à la forte réduction des stocks pétroliers américains au cours des dernières semaines", a confirmé Commerzbank.

Les investisseurs "font le pari que l'économie mondiale est probablement un peu plus forte qu'on ne le pensait il y a encore quelque temps", a souligné Bart Melek, stratège chez TD Securities à Toronto.

"On a eu ces derniers jours de meilleurs indicateurs aux Etats-Unis et en Asie, et l'Europe semble être sur la voie d'un accord de sortie de crise, il semble donc moins probable que l'économie soit en récession", a-t-il souligné.

Les marchés s'inquiétaient ces dernières semaines d'un possible essoufflement de la croissance chinoise, moteur de la croissance mondiale. Mais la publication lundi de l'indice PMI préliminaire de la banque HSBC a ravivé les espoirs de reprise de la demande énergétique en Chine, deuxième consommateur de brut dans le monde.

Au plus haut depuis cinq mois, cet indice a fait état d'une reprise au mois d'octobre de l'activité manufacturière chinoise, après trois mois de contraction successifs.

Sur le front américain, la saison des résultats trimestriels apparaît meilleure que prévu, ce qui laisse penser que l'économie de la première puissance de la planète est en train d'accélérer progressivement.

Les investisseurs "parient" en outre sur l'Europe, où les tractations se poursuivent entre membres de la zone euro en vue d'un accord devant régler la crise de la dette mercredi, a noté Matt Smith.

Le marché pétrolier se distinguait ainsi des marchés des actions qui, comme Wall Street, reculaient mardi sur des craintes de voir les dirigeants de la zone euro échouer à désamorcer la menace de contagion de la crise de la dette.

Les discussions du week-end ont dessiné les contours des composantes d'un "accord global" qui pourrait être entériné par les dirigeants européens lors du sommet de mercredi, portant sur une recapitalisation des banques européennes et un renforcement du fonds de secours de la zone euro (FESF).

Cependant, notamment en raison des divergences franco-allemandes, "les incertitudes persistent sur le financement du FESF et la perspective d'un plan sur le long terme capable de mettre fin à la crise de la dette", a tempéré Andrey Kryuchenkov, analyste chez VTB Capital.

Par ailleurs, la formation de l'ouragan Rina, qui progressait mardi vers la côte sud-est du Mexique accompagné de vents à 160 km/h, rappelle "les risques de voir des ouragans se former à la fin de la saison cyclonique, jusqu'en novembre", ont souligné les analystes de JPMorgan dans une note.

Rina, cyclone de catégorie 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, devrait encore se renforcer dans les prochaines heures, selon la météorologie américaine. Il ne devrait toutefois pas "présenter de menace pour les installations" pétrolières, a remarqué JPMorgan.

Le golfe du Mexique concentre le quart de la production américaine de brut.

rp



(AWP / 26.10.2011 06h21)


Commenter Le brut poursuit sa forte hausse à New York


Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 juillet 2017 à 20:58

Le pétrole termine en nette baisse, marché tourné vers l'Ope…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont signé une nette baisse vendredi, perdant le terrain gagné la veille sur fond d'inquiétudes...

vendredi 21 juillet 2017 à 18:34

Le pétrole baisse dans un marché prudent

Londres: Les cours du pétrole baissaient vendredi en fin d'échanges européens, les investisseurs optant pour la prudence avant l'annonce du décompte hebdomadaire...

vendredi 21 juillet 2017 à 15:25

Le pétrole ouvre en baisse à New York, la production de l'Op…

New York: Les cours du pétrole ont ouvert en baisse vendredi à New York, souffrant d'inquiétudes sur le niveau de production de...

vendredi 21 juillet 2017 à 13:32

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans les affaire…

Lagos: Les affaires judiciaires s'accumulent autour de l'ex-ministre du Pétrole du Nigeria, donnant une idée de l'ampleur de la corruption au sein...

vendredi 21 juillet 2017 à 12:11

Le pétrole monte un peu avant les réunions de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole montaient quelque peu vendredi en cours d'échanges européens, sur fond de spéculations avant des réunions des pays...

vendredi 21 juillet 2017 à 06:46

Les cours du pétrole sans direction en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient sans direction claire vendredi matin en Asie, les investisseurs tentant de comprendre les implications d'un recul...

jeudi 20 juillet 2017 à 21:06

Le pétrole termine en baisse, hésitations avant l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, marquant le pas au lendemain d'une bonne séance et sur...

jeudi 20 juillet 2017 à 18:05

Le pétrole recule dans un marché incertain avant l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, les investisseurs peinant à se positionner avant que l'Opep et ses...

jeudi 20 juillet 2017 à 17:17

ExxonMobil mis à l'amende pour non respect de sanctions liée…

Washington: Le département du Trésor a infligé jeudi une amende de 2 millions de dollars à ExxonMobil pour n'avoir pas respecté les...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En mai 2017, le prix du pétrole se replie à nouveau

Le lundi 26 juin 2017 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mai 2017, le prix du pétrole en euros se replie (-7,1 % après +1,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées baissent pour le troisième mois consécutif (-4,3 % après -3,4 %), notamment ceux des matières industrielles (-6,0 % après -3,6 %). Le prix du pétrole se replie à nouveau En mai 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros se replie à nouveau (-7,1 % après +1,9 %). Il s'établit à 46 € en moyenne par baril, un cours plus élevé qu'en...

Lire la suite

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite