Menu
RSS

Le brut finit sur une chute de plus 6% à New York

prix-du-petrole
:

New York - Le pétrole a perdu plus de 6% de sa valeur jeudi à New York, sur fond de débâcle boursière et de brusque raffermissement du dollar, sous le coup du constat pessimiste dressé par la banque centrale des Etats-Unis (Fed), le premier pays consommateur d'or noir.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre a terminé à 80,51 dollars, en chute de 5,41 dollars (6,3%) par rapport à la veille.

Les cours sont tombés au pire de la séance à 79,66 dollars, leur plus bas niveau depuis plus d'un mois sur le marché new-yorkais.

A Londres, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord à échéance identique a lâché 4,87 dollars à 105,49 dollars.

"Le marché a été très déçu du communiqué de politique monétaire de la Fed", a résumé Tom Bentz, de BNP Paribas.

Le marché pétrolier a suivi les places boursières, en pleine déprime au lendemain de la réunion de la Fed. L'institution a annoncé de nouvelles mesures de soutien à l'économie, visant à faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

Mais le dispositif de la banque centrale ne revient à aucune nouvelle injection de liquidités sur les marchés et les analystes ont affiché un certain scepticisme quant à son efficacité.

Et "le communiqué a déprimé le marché, en relevant les risques significatifs qui pèsent sur l'économie", ont relevé les analystes de Commerzbank.

La Fed a qualifié la reprise économique de "lente" et souligné les "risques importants" qui la menacent.

Ces déclarations, en plus de faire dégringoler les indices boursiers, "ont renforcé le dollar, ce qui va en général avec une baisse des prix du pétrole et de l'or", a observé Adam Sieminski, de la Deutsche Bank.

Tout renchérissement du billet vert, au plus haut depuis janvier jeudi face à l'euro, rend ces matières premières moins attractif pour les investisseurs munis d'autres devises.

"La conjonction des inquiétudes concernant la croissance économique et la demande (de pétrole, ndlr) et de raffermissement du dollar ont contribué à la baisse des cours", a ajouté l'analyste.

"Beaucoup d'indicateurs économique sont très décevants, et c'est le cas depuis un moment, pas seulement aujourd'hui. Les marchés boursiers et des matières premières intègrent l'idée d'une récession", a-t-il poursuivi.

Les cours des matières premières, notamment de l'énergie et des métaux, ont été plombés par un indicateur décevant en Chine, où l'activité manufacturière s'est de nouveau contractée en septembre selon l'indice PMI de la banque HSBC.

Aux Etats-Unis, les statistiques du jour n'ont pas rassuré. Les inscriptions au chômage sont reparties à la baisse la semaine dernière, mais moins qu'espéré. L'indice composite du Conference Board a par ailleurs ralenti sa hausse (+0,3%) en août, ce qui témoigne d'une augmentation du risque de rechute de l'activité.

Dans ce contexte agité, les analystes de Goldman Sachs ont révisé en nette baisse leur prévision de cours du brut à trois mois à New York, à 97,50 dollars le baril contre une estimation précédente à 115 dollars.

Côté offre, en Libye, le président de la commission de l'économie, des finances et du pétrole du CNT, Moustapha El Houni, a indiqué que la production d'or noir reprendrait dans les très prochains jours.

"Mais l'exportation prendra plus de temps", a-t-il indiqué lors d'un entretien avec l'AFP, en ajoutant qu'"atteindre la production normale de la Libye de 1,6 million de barils par jour est encore loin."

rp



(AWP / 23.09.2011 06h21)


Commenter Le brut finit sur une chute de plus 6% à New York

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les dernières actualités des prix du pétrole

dimanche 23 avril 2017 à 16:12

Koweït: la justice valide la hausse des prix des carburants

Koweït: La cour d'appel du Koweït a estimé dimanche que la décision du gouvernement d'augmenter les prix des carburants ne violait pas...

vendredi 21 avril 2017 à 21:17

Pas d'exception aux sanctions russes pour les entreprises pé…

Washington: L'administration Trump n'autorisera pas les entreprises américaines à participer à des projets pétroliers ou gaziers impliquant des sociétés visées par les...

vendredi 21 avril 2017 à 20:48

Le pétrole baisse nettement, le marché rattrapé par le doute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement baissé vendredi, une vague de pessimisme envahissant le marché à l'issue d'une semaine...

vendredi 21 avril 2017 à 18:29

Le pétrole à son plus bas en trois semaines, l'offre américa…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en fin d'échanges européens, alors que l'offre américaine paraît intarissable et malgré les efforts de...

vendredi 21 avril 2017 à 15:18

Le pétrole stagne à New York, l'attentisme dominant

New York: Les cours du pétrole stagnaient peu après l'ouverture vendredi à New York, le marché se montrant prudent à l'issue d'une...

vendredi 21 avril 2017 à 13:16

La consommation de produits pétroliers a baissé en mars

Paris: Les livraisons de produits pétroliers en France ont baissé de 1,3% en mars par rapport à la même période en 2016...

vendredi 21 avril 2017 à 12:25

Le pétrole stable, la surabondance inquiète les marchés

Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi en cours d'échanges européens, les craintes sur une surproduction mondiale due au pétrole de...

vendredi 21 avril 2017 à 08:48

Chevron: l'Australie maintient un redressement fiscal de 189…

sydney: La justice australienne a confirmé vendredi en appel le redressement fiscal de 189 millions d'euros infligé au géant du pétrole Chevron...

vendredi 21 avril 2017 à 06:02

Le pétrole stable en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, vendredi en Asie, les informations sur une prolongation des baisses de production de l'Opep étant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite