Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole se montre hésitant, souffrant de craintes renouvelées sur le niveau élevé de l'offre

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole étaient proches de l'équilibre mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché se détournant massivement du risque dans le sillage du Brexit et inquiet du niveau de l'offre, notamment américaine.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 47,99 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 3 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en août prenait 13 cents à 46,73 dollars.

Les cours du Brent et du WTI tentaient une timide percée dans le vert à la fin des échanges européens, après avoir toutefois passé la majeure partie de ceux-ci en baisse.

Deux facteurs pèsent actuellement défavorablement sur l'évolution des cours du baril de pétrole. Le premier, c'est l'accroissement du risque géopolitique dans la foulée du référendum britannique, expliquait à l'AFP Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Le pétrole se retrouvait en effet miné par la déroute générale subie par les actifs à risque alors que les craintes pour l'économie mondiale entraînées par le vote du Royaume-Uni en faveur d'une sortie de l'Union européenne le 23 juin ont sapé les perspectives de croissance de la demande de pétrole, abondaient les analystes de PVM.

Bien que le marché pétrolier ait moins répercuté le Brexit que les marchés indices, actions et devises, on constate une certaine défiance de la part des investisseurs qui les poussent à se désengager du marché ces dernières séances, en particulier au profit de valeurs refuges comme les obligations d'État, le yen ou encore l'or, précisait M. Dembik.

Pour l'analyste néanmoins, cela ne constitue pas le principal moteur de la baisse des cours, qui ont surtout été lestés par une surabondance persistante d'offre aux États-Unis.

En effet, les stocks d'essence, notamment sur la côte Est, ne cessent d'augmenter, confirmant au passage que l'excès d'offre est encore bien présent à court et à moyen terme, estimait Christopher Dembik.

Ainsi pour Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, les prix du pétrole se sont retrouvés sous pression après avoir échoué à consolider leurs mouvements au-dessus du niveau des 50 dollars sur fond de données économiques décevantes, ce qui suggère que l'excédent des stocks pourrait bien prendre plus de temps à résorber.

En outre, selon l'analyste, l'information selon laquelle la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est ressortie en plus forte hausse que prévu en juin pesait également sur les prix du brut.

Cela soulève la possibilité que les données sur les réserves de brut américaines cette semaine puissent bien voir leur récente série de baisses se transformer en hausses, poursuivait M. Hewson.

Dans ce contexte, les investisseurs se préparaient à scruter les derniers chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine que publiera jeudi le Département de l'Énergie (DoE), un jour plus tard que d'habitude. Auparavant, la fédération American Petroleum Institute (API) publiera ses estimations mercredi après la clôture aux États-Unis.

(c) AFP

Commenter Le pétrole se montre hésitant, souffrant de craintes renouvelées sur le niveau élevé de l'offre

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite