Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole galvanisé par la perspective d'une production en baisse

  • Écrit par Cours du baril
prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole reprenaient leur marche en avant lundi en fin d'échanges européens, portés par les attentes de voir aboutir des discussions entre pays producteurs pour enrayer le déclin des cours mais également par des informations laissant espérer une baisse de la production, notamment aux États-Unis.
Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 36,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 96 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 78 cents à 33,56 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir hésité un temps sur la marche à suivre, étaient à nouveau orientés en nette hausse lundi, soutenus par la perspective de nouvelles discussions entre l'Arabie saoudite et d'autres pays producteurs de brut pour stabiliser le marché, ainsi que par le déclin du nombre de puits en activité aux États-Unis.

Selon des spéculations, "l'Arabie saoudite travaillerait avec d'autres producteurs de pétrole pour limiter la volatilité du marché et (Ryad serait) favorable à une action concertée", relevait Abhishek Deshpande, analyste chez Natixis.

L'annonce jeudi par le ministre vénézuélien du Pétrole d'une nouvelle réunion à la mi-mars entre son pays, l'Arabie saoudite, le Qatar - tous trois membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) -, et la Russie, avaient entraîné un net rebond des cours vendredi.

Selon M. Deshpande, la hausse des prix est portée par l'optimisme des investisseurs qui s'attendent à ce qu'un gel concerté du niveau de la production entre pays membres et non membres du cartel porte ses fruits et permette un redressement des prix.

"Le résultat de la réunion entre l'OPEP et les pays hors-OPEP dans les semaines à venir rendra peut-être claire la direction dans laquelle (les prix) s'orientent au moins pour le mois ou les deux mois à venir", poursuivait l'analyste.

En outre, les cours du brut ont bénéficié de l'annonce vendredi d'une nouvelle baisse, la cinquième consécutive, du nombre de puits de pétrole en activité aux États-Unis, qui sont 13 de moins qu'une semaine auparavant.

"Le marché a répercuté positivement la baisse continue du nombre de puits en activité outre-Atlantique et, également, la baisse surprise de la production au Nigeria qui devrait diminuer à 250.000 barils par jour jusqu'en avril du fait d'un problème technique sur un oléoduc de Shell", notait de son côté Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

"Ces deux données ont eu un rôle moteur dans l'évolution des cours dans la journée", ajoutait-il.

Les analystes de Commerzbank jugeaient ainsi que le déclin continu du nombre de puits en activité aux États-Unis devrait permettre au Brent de franchir à la hausse le seuil symbolique des 36 dollars le baril et de s'y maintenir au-dessus et au WTI de se reprendre.

"Même si la réduction totale de la production observée cette année depuis la mi-janvier n'est que de 133.000 barils par jour, ce sont les attentes que la production américaine puisse aussi décliner rapidement dans les conditions actuelles du marché qui soutiennent (les prix du) pétrole", concluait M. Deshpande.

(c) AFP

Commenter Le pétrole galvanisé par la perspective d'une production en baisse

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite