Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole se maintient dans le vert après l'annonce d'un accord sur un gel de la production

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur avancée mardi en cours d'échanges européens, après que la Russie et l'Arabie saoudite ont annoncé, au terme d'une réunion avec le Qatar et le Venezuela, un accord pour geler leur production à son niveau de janvier.
Vers 11H24 GMT (12H24 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 33,89 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 50 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 41 cents à 29,85 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui ont quelque peu ralenti leur progression immédiatement après l'annonce d'un accord entre l'Arabie saoudite, la Russie, le Qatar et le Venezuela pour geler leur production de brut, restaient nettement orientés à la hausse pour la troisième séance consécutive.

C'est un accord conditionnel pour geler (et non réduire) la production de brut à ses niveaux de janvier, notait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index. La nouvelle a en réalité légèrement déçu le marché car certaines personnes espéraient voir une réduction plutôt qu'un gel de la production, ajoutait l'analyste.

L'Arabie saoudite et la Russie, les deux premiers producteurs de brut, sont convenues mardi, au terme d'une réunion à Doha avec le Qatar et le Venezuela, de geler leur production à son niveau de janvier.

Afin de stabiliser les marchés pétroliers, les quatre pays sont convenus de geler la production à son niveau de janvier, pourvu que les autres grands producteurs fassent de même, a annoncé le ministre qatari de l'Énergie, Mohammed Saleh al-Sada.

Ce dernier a indiqué que son pays, qui assure la présidence de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), allait entreprendre des contacts intensifs avec les producteurs membres et non-membres du cartel, soulignant que l'initiative est destinée à stabiliser le marché, dans l'intérêt non seulement des producteurs et des exportateurs de brut, mais aussi de l'économie mondiale.

Même si les rumeurs sur une possible entente pour réduire la production allaient bon train depuis fin janvier, date à laquelle les cours du pétrole ont touché de nouveaux plus bas en près de 13 ans avant de nettement rebondir, l'accord annoncé mardi a pris le marché de court.

C'est une surprise totale. Il y avait des rumeurs depuis plusieurs semaines mais personne ne pensait un accord probable avant la prochaine réunion de l'OPEP de juin, relevait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Bank.

Si la plupart des analystes s'accordaient pour dire qu'un tel accord témoignait d'un réel changement d'attitude des gros producteurs et devrait permettre de soutenir les prix du pétrole à court terme, ils doutaient néanmoins que la mesure soit suffisante pour redresser le marché de façon durable.

La seule certitude, c'est qu'il y a une prise de conscience collective qu'un prix du pétrole trop bas trop longtemps a des conséquences macroéconomiques, en particulier budgétaires, dramatiques pour les pays exportateurs, notait M. Dembik.

Toutefois, selon l'analyste, il convient de ne pas exagérer l'impact de cette décision dont plusieurs grands producteurs ne sont pas partie prenante.

Elle ne concerne pas tous les grands acteurs de l'exploitation pétrolière, les États-Unis étant absents, et surtout il ne s'agit que d'un gel de la production et non pas d'une baisse. C'est une mesure insuffisante pour résorber l'excès d'offre persistant sur le marché, poursuivait M. Dembik.

Aussi, selon lui, même si un rebond des cours est probable à court terme, les prix devraient rester encore très bas à moyen terme.

C'est toutefois un pas dans la bonne direction et si d'autres producteurs majeurs suivent cet exemple, alors cela devrait contribuer à tout le moins à éviter que les prix du pétrole subissent de nouvelles lourdes pertes, estimait M. Razaqzada.

Le cours de l'or noir a en effet fondu de plus de 70% depuis juin 2014, victime d'une offre excédentaire alimentée par l'offensive de l'OPEP, Arabie saoudite en tête, contre les hydrocarbures de schiste américains.

Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, a précisé mardi à Doha que cet accord représentait le début d'un processus que nous évaluerons dans les tout prochains mois pour décider si d'autres mesures sont nécessaires pour stabiliser le marché.

Selon M. Dembik, l'accord annoncé mardi pourrait en effet constituer une première étape vers un engagement plus global de baisse de la production impliquant également d'autres producteurs de premier plan dans la péninsule ibérique, mais aussi l'Iran et les États-Unis.

Ce n'est désormais pas complètement exclu. On pourrait d'ailleurs interpréter l'annonce du jour comme un simple accord intermédiaire avant que des discussions ne soient menées avec les autres acteurs du marché qui ne sont pas parties prenantes, concluait l'analyste.

(c) AFP

Commenter Le pétrole se maintient dans le vert après l'annonce d'un accord sur un gel de la production

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite