Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit en baisse, avant des chiffres redoutés sur l'offre

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont nettement baissé mercredi à New York, le marché étant pris d'un accès de pessimisme à l'approche de chiffres hebdomadaires sur l'état de l'offre américaine, dans un contexte général de surabondance.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre a perdu 1,79 dollar à 44,15 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent, référence européenne du brut, a reculé de 1,94 dollar à 47,58 dollars, sur l'Intercontinental Exchange (ICE), également pour le mois d'octobre.
 
Aux Etats-Unis, "on attend le rapport sur l'état des réserves et il sera cette fois particulièrement important", a résumé Bob Yawger, de Mizuho Securities. "Il intervient après une forte hausse des stocks (de brut) la semaine précédente".
 
En raison d'un jour férié lundi, l'Energy Information Administration (EIA), une antenne du département américain de l'Energie (DoE), publiera jeudi ces chiffres hebdomadaires.
 
A l'entame de la saison de maintenance des raffineries, après la période estivale des grands déplacements, "on va voir leur cadence ralentir et cela va laisser beaucoup de pétrole brut inutilisé", a prévenu M. Yawger. "En résumé, les marchés appréhendent ces chiffres".
 
La question de l'offre obsède un marché pétrolier frappé par une surabondance persistante à travers le monde et a largement contribué à faire baisser les cours de moitié depuis un an.
 
Pour l'heure, l'EIA n'a guère donné de soutien aux investisseurs en publiant mercredi son rapport mensuel, séparé de ses chiffres hebdomadaires, sur les perspectives du secteur de l'énergie. Par rapport au précédent mois, l'organisme s'est contenté d'abaisser de façon minime ses prévisions de production aux Etats-Unis, de 100.000 barils par jour (bj) pour 2015 comme pour 2016.
 
Les investisseurs attendent désormais les rapports de l'Agence internationale de l'énergie, basée à Paris et liée à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour vendredi, et de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour lundi.
 
 
- Chute des investissements
 
Pour Tim Evans, de Citi, la baisse des cours de mercredi semble d'autant plus défavorable qu'elle contraste avec "un rebond persistant des Bourses mondiales" dans la perspective de nouvelles mesures de soutien monétaire des grandes banques centrales, même si, à l'inverse des places européennes et asiatiques, Wall Street s'orientait vers le rouge.
 
"En échouant à monter dans ce contexte d'optimisme macroéconomique, les marchés pétroliers attirent de nouveau l'attention sur leur déséquilibre physique" entre l'offre et la demande, a-t-il jugé. "La production de l'Opep s'approche de son plus haut niveau depuis trois ans et devrait encore augmenter si les sanctions sont levées contre l'Iran" à la suite de l'accord nucléaire de juillet.
 
"En matière d'actualité pétrolière, le Royaume-Uni nous a fourni ce qui est l'élément le plus effrayant de la journée", a jugé Matt Smith. "Selon un lobby du secteur, les investissements pétroliers et gaziers dans la mer du Nord pourraient enregistrer une chute allant jusqu'à 80% d'ici 2017, face au bas niveau des cours".
 
Selon le rapport annuel de la fédération professionnelle Oil and Gas UK, 65.000 postes ont été supprimés depuis le début de l'année 2014, lorsque le nombre d'emplois avait atteint son pic à 440.000 postes.
 
De son côté, le cabinet WoodMackenzie estime dans un rapport séparé qu'environ 140 champs pétroliers cesseront leur activité dans les cinq ans à venir, et ce même si les prix du pétrole reviennent autour des 85 dollars le baril.


(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en baisse, avant des chiffres redoutés sur l'offre

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite