Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit en petite hausse, hésitant sur l'évolution de l'offre et de la demande

prix-du-petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fini en hausse légère lundi à New York, les investisseurs se prenant à espérer une relance de la demande sans toutefois pouvoir oublier la surabondance actuelle.
Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai a gagné 27 cents à 51,91 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent a terminé en hausse plus timide encore de 6 cents par rapport à la clôture de vendredi, à 57,93 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Le marché avait débuté la journée en forte hausse, encouragé par les mauvais chiffres du commerce chinois qui font espérer un plan de relance dans la deuxième économie mondiale, qui est aussi le premier importateur de pétrole au monde.

Mais par la suite, une estimation privée du cabinet Genscape sur les réserves toujours plus abondantes au terminal de Cushing (Oklahoma, sud), référence du Nymex, a entamé l'enthousiasme des investisseurs.

Déjà la semaine dernière, le gouvernement américain avait fait état d'une progression trois fois plus forte qu'attendu des réserves américaines de brut.

Nous débutons une grosse semaine avec beaucoup d'informations importantes, a souligné Bill Baruch, chez iiTrader.com, mentionnant les chiffres du produit intérieur brut chinois dans la nuit de mardi à mercredi, les données gouvernementales sur les réserves de pétrole américaines mercredi, et le rapport mensuel de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) sur le marché du pétrole jeudi.

Pour ce qui est de la Chine, un mauvais chiffre sur la croissance économique pousserait les investisseurs à parier sur un plan de relance, et donc à terme sur un rebond de la consommation - c'est une situation où une mauvaise nouvelle est en fait une bonne nouvelle, a expliqué M. Baruch.

Toutefois Tim Evans, chez Citi, a mis en garde contre la formation d'une certaine bulle dans le marché du pétrole, reposant sur l'espoir que la production américaine commence enfin à refluer.

L'optimisme des investisseurs repose sur l'idée que la baisse de l'activité des puits aux Eats-Unis va d'un moment à l'autre se traduire en déclin de la production américaine de pétrole, comme si ce développement qu'on attend depuis longtemps allait soudainement transformer un gros excédent d'offre par rapport à la demande en un déficit, notait-il, en se montrant dubitatif.

Le nombre de puits de pétrole en activité aux Etats-Unis est en effet au plus bas depuis décembre 2010, d'après le décompte de la société Baker Hughes, mais durant la semaine achevée le 3 mars la production américaine était repartie de l'avant, après une baisse minime fin mars.

Tim Evans a souligné qu'il était surtout inquiet de voir que la production de l'Opep a augmenté en mars pour revenir au plus haut depuis octobre 2012, mettant en garde contre tout pari risqué à la hausse des cours.

De fait les fondamentaux de marchés qui ont fait plonger les cours depuis le mois de juin n'ont pas changé: le marché reste inondé d'or noir, et la demande demeure en berne.

De quoi amener les analystes de Commerzbank à estimer eux aussi que l'optimisme qui a gagné les investisseurs la semaine dernière est exagéré. Cela pourrait laisser de la marge pour une correction considérable des prix, ont-ils prévenu.

Un plancher des prix du pétrole ne pourra se matérialiser que si la tendance à l'amélioration de la demande et à l'ajustement de l'offre tient, ont aussi souligné les analystes de Barclays.



(c) AFP




Commenter Le pétrole finit en petite hausse, hésitant sur l'évolution de l'offre et de la demande

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite