Menu
RSS
A+ A A-

En baisse, marché prudent avant les stocks US

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens, dans un marché toujours dominé par les inquiétudes sur l'abondance de l'offre mondiale d'or noir et prudent avant les chiffres des stocks de brut américains, récemment montés à un sommet depuis 1982.


Vers 10H20 GMT (12H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est l'avant-dernier jour de cotation, valait 102,48 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 12 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 51 cents à 93,70 dollars.

Les cours du baril restaient sous pression mercredi, alors que les opérateurs continuaient de digérer le rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) paru la veille, qui ravivait les inquiétudes sur la surabondance de la production pétrolière mondiale -- notamment en Amérique du nord.

Selon l'AIE, l'accroissement de l'offre d'or noir entraîné par l'exploitation des hydrocarbures non-conventionnels nord-américains (pétrole de schiste et réservoirs imperméables de pétrole léger aux États-Unis, sables bitumineux canadiens) devrait devenir supérieur à l'augmentation de la demande dans les cinq prochaines années.

"Les jours où l'on évoquait une possible envolée des prix jusqu'à 200 dollars le baril sont terminés", commentait dans une note Olivier Jakob, analyste de Petromatrix, notant -- outre le gonflement de l'offre nord-américaine -- la hausse attendue des capacités de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

D'ailleurs, loin d'avoir restreint son offre pour enrayer la chute des prix du baril de la mi-avril, les pays de l'Opep, qui pompent 35% du brut mondial, ont sensiblement gonflé sa production le mois dernier, selon l'AIE.

La prudence restait par ailleurs de mise mercredi avant la publication des chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) sur les stocks pétroliers américains, considérés comme un baromètre de la demande énergétique aux Etats-Unis, premier pays consommateur de brut.

L'American Petroleum Institute (API), fédération professionnelle publiant ses propres estimations, a ainsi fait état mardi soir d'un bond de 1,10 million de barils des stocks de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 10 mai, ce qui contribuait à refroidir les investisseurs.

Cependant, selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait annoncer mercredi une stabilisation des stocks de brut la semaine dernière: ils se seraient ainsi maintenu au niveau de la semaine précédente, à 395,50 millions de barils -- un sommet depuis 1982, année à laquelle a débuté la publication de données hebdomadaires.

Les réserves d'essence, très surveillées à l'approche de la saison estivale des grands déplacements en voiture, sont attendues en recul de 700.000 barils , et les stocks de produits distillés (qui comprennent le gazole et le fioul de chauffage) en hausse de 700.000 barils.

Les cours du baril pâtissaient par ailleurs toujours du vif renforcement du dollar, qui a grimpé mercredi à un nouveau sommet depuis quatre ans et demi face au yen, et qui continuait de s'apprécier face à un euro sous pression après des chiffres décevants sur la croissance économique dans la zone euro au premier trimestre.

Un billet vert renchéri rend moins attractifs les achats de brut, libellés en dollars, pour les investisseurs munis d'autres devises.

jq



(AWP / 15.05.2013 13h15)


Commenter En baisse, marché prudent avant les stocks US

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite