Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule, plombé par un bond des stocks d'essence aux Etats-Unis

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient mercredi en fin d'échanges européens, minés par un regain d'inquiétude sur la demande de brut, dans un marché fragilisé par un indicateur décevant sur l'emploi américain et plombé de surcroît par un bond des stocks d'essence aux Etats-Unis.


Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 109,46 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 38 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 22 cents à 88,28 dollars.

"Les prix du baril ont nettement décroché, sur fond de renchérissement du dollar" face à l'euro, ce qui rendait les achats de brut libellés dans la monnaie américaine moins attractifs pour les détenteurs d'autres devises, observait Fawad Razaqzada, analyste du courtier GFT.

Les investisseurs tendaient ainsi à délaisser les actifs jugés risqués, comme les matières premières ou l'euro, alarmés par "des indicateurs décevants en Europe comme aux Etats-Unis", poursuivait M. Razaqzada.

Les marchés ont en effet accusé le coup après l'enquête du cabinet de ressources humaines ADP, selon qui les embauches du secteur privé ont nettement baissé aux Etats-Unis en novembre. De leur côté, les commandes reçues par les entreprises manufacturières aux Etats-Unis ont progressé en octobre mais à un rythme bien moins soutenu qu'attendu.

Les cours ont ensuite creusé leurs pertes après les chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE).

Ce dernier a certes fait état d'une chute de 2,4 millions de barils, huit fois plus forte qu'attendu, des réserves de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 30 novembre, mais les stocks de produits raffinés ont en revanche bondi, en raison d'une forte accélération de l'utilisation des raffineries.

Les stocks de produits distillés, qui incluent le gazole et le fioul de chauffage, très surveillés à l'approche de l'hiver, ont ainsi augmenté de 3 millions de barils, tandis que les réserves d'essence ont, elles, affiché un bond de 7,9 millions de barils -- des hausses cinq fois plus importantes que prévu.

"Au total, les stocks pétroliers ont grossi de 5,9 millions de barils la semaine dernière" tandis que "la demande pétrolière totale a diminué de 600'000 barils par rapport à la semaine précédente", remarquait Torbjorn Kjus, analyste de DNB Bank, qui expliquait que le gonflement des stocks de produits raffinés dans un contexte de fléchissement de la demande est de nature à peser sur les prix.

De plus, outre les inquiétudes sur les perspectives économiques et la demande énergétique des Etats-Unis, premier consommateur de brut, la nervosité des investisseurs restait alimentée par le fait que "les discussions pour éviter le mur budgétaire ne progressent pas beaucoup", notait David Hufton, analyste du courtier PVM.

Le président Barack Obama a prévenu mardi les républicains qu'aucun accord budgétaire n'était possible sans qu'ils cèdent sur des hausses des taux d'imposition pour les contribuables les plus aisés, ce à quoi ils se refusent obstinément.

Les courtiers redoutent une absence de compromis entre les deux partis d'ici la fin de l'année, ce qui entraînerait l'entrée en vigueur d'une cure d'austérité automatique risquant de faire tomber l'économie américaine en récession et plonger la demande énergétique du pays, premier consommateur de brut du monde.

rp



(AWP / 05.12.2012 18h31)


Commenter Le brut recule, plombé par un bond des stocks d'essence aux Etats-Unis

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite