Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule, marché moins inquiet sur Isaac et digère l'appel du G7

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que s'apaisaient quelque peu les craintes liées à l'impact de l'ouragan Isaac sur l'offre américaine de brut, et après un appel des puissances du G7 demandant aux pays producteurs de pomper davantage d'or noir.


Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord, échangé sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, pour livraison en octobre, valait 111,66 dollars, perdant 92 cents par rapport à la clôture de mardi. Il a glissé vers 09H30 GMT à 11,50 dollars, son plus bas niveau depuis 3 semaines.

Dans les échanges sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance valait 95,54 dollars, en baisse de 79 cents.

"Comme attendu, la tempête tropicale Isaac s'est transformée mardi en ouragan et a touché les côtes de Louisiane (sud des Etats-Unis, ndlr)" et se dirigeait mercredi vers la Nouvelle-Orléans, mais "on estime désormais que la perte de production pétrolière sera moins importante que redouté à l'origine", soulignait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

Environ 93% de la production de pétrole brut est à l'arrêt dans le golfe du Mexique et 8 raffineries ont décidé de fermer ou de réduire leur activité à l'approche de l'ouragan, selon un rapport publié mardi par le Département de l'Energie (DoE).

Mais les cours du baril, après avoir été portés par ces perturbations de l'offre d'hydrocarbures dans le golfe, pâtissaient mercredi de la perspective d'une réouverture rapide des plateformes fermées avant le passage d'Isaac, car "l'essentiel des dégâts devrait être largement limité à des inondations sur les installations pétrolières à terre", expliquait M. Varga.

Une interruption prolongée de raffineries dans la région se traduirait par une diminution des niveaux d'utilisation de brut dans le pays, une situation de nature à peser sur les cours.

Par ailleurs, les investisseurs digéraient un appel des ministres des Finances des puissances du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon), qui ont appelé mardi les pays pétroliers à "augmenter leur production pour satisfaire la demande".

S'inquiétant de prix du baril qu'ils jugent trop élevés, ils ont également indiqué qu'ils se "tenaient prêts" à faire appel à l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui représente les intérêts des pays consommateurs, pour prendre les mesures "appropriées" afin de s'assurer que le marché est bien approvisionné.

"On se rapproche encore davantage d'un recours aux réserves stratégiques" des pays membres de l'AIE pour faire baisser les cours du baril, estimait ainsi M. Varga.

Par ailleurs, notaient les experts de Commerzbank, le marché pâtissait de chiffres décevants publiés par la fédération professionnelle API, qui a fait état mardi soir d'une hausse de 5,5 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis sur la semaine achevée le 24 août, en raison d'une hausse des importations du pays.

Les opérateurs seront ainsi attentifs mercredi aux chiffres officiels du DoE.

Selon les experts interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait annoncer un repli de 1,5 million de barils des réserves de brut du pays, ainsi qu'une baisse de 1,2 million de barils des stocks d'essence et un recul de 100.000 barils des stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage).

tt



(AWP / 29.08.2012 13h04)


Commenter Le brut recule, marché moins inquiet sur Isaac et digère l'appel du G7

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite