Menu
RSS
A+ A A-

Hésitant, marché dopé par la Chine puis refroidi par la Fed

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole hésitaient autour de l'équilibre jeudi en fin d'échanges européens, dans un marché nerveux, dopés par une baisse des taux d'intérêts en Chine puis refroidis par une allocution du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke.


Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 100,33 dollars sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, en baisse de 31 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 13 cents à 85,15 dollars.

Les cours du baril repartaient en baisse à Londres et effaçaient quasiment leurs gains à New York, après avoir gagné jusqu'à deux dollars à la moitié des échanges européens.

"Les prix du pétrole ont bondi après l'annonce d'une baisse surprise des taux d'intérêt en Chine, une première depuis 2008", soulignait David Morrison, analyste du courtier GFT Markets.

Les taux d'intérêt de référence en Chine sur les emprunts et les dépôts à un an vont être abaissés de 0,25 point de pourcentage à compter de vendredi, dans un contexte de ralentissement de la deuxième économie mondiale.

"Cette nouvelle a revigoré les investisseurs, en ravivant leurs espoirs de voir la Chine prendre des mesures pour stimuler sa croissance économique, ce qui conforterait la demande énergétique du pays", deuxième consommateur de brut de la planète, indiquait M. Morrison.

Les prix du brut ont cependant rapidement perdu du terrain après une allocution de Ben Bernanke, "qui a nettement déçu les opérateurs en ne s'engageant pas résolument" sur d'éventuels coups de pouce de la banque centrale américaine, ajoutait l'analyste.

S'exprimant devant un comité du Congrès, le président de la Fed s'est montré avare de détails sur les perspectives de politique monétaire de l'institution, tout en estimant que la croissance économique semblait "devoir continuer à un rythme modéré dans les trimestres à venir".

Ces commentaires ont ainsi douché les spéculations sur une intervention à court terme de la Fed par des injections de liquidités dans l'économie américaine, dont la reprise montre pourtant des signes de faiblesse.

"A l'exception notable mais largement anticipée de la Chine, les principales banques centrales dans le monde (et notamment la Banque centrale européenne et la Fed) font preuve d'attentisme", commentait Julian Jessop, analyste du cabinet Capital Economics.

"Les politiques monétaires seront peut-être assouplies ailleurs dans le monde mais cela ne fera que limiter la dégringolade des actifs à risque, comme les matières premières, plutôt que de nourrir une véritable reprise économique", assurait M. Jessop, pour qui les cours du brut devraient rester sous pression.

De fait, "le marché du pétrole est abondamment approvisionné", l'offre mondiale étant notamment dopée depuis plusieurs mois par un accroissement de la production saoudienne "alors que les inquiétudes sur la demande ne risquent pas de se dissiper dans un contexte macroéconomique morose", abondait Andrey Kryuchenkov, expert de VTB Capital.

Ainsi, l'Espagne, confrontée aux difficultés croissantes de son secteur bancaire, continue d'attiser les inquiétudes des investisseurs sur la zone euro.

Aux Etats-Unis, les chiffres mitigés publiés mercredi par le Département américain de l'Energie (DoE) n'avaient pas contribuer à rasséréner les opérateurs, faisant état d'une forte hausse des réserves d'essence et de produits distillés.

ds



(AWP / 07.06.2012 18h41)


Commenter Hésitant, marché dopé par la Chine puis refroidi par la Fed

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite