Menu
RSS
A+ A A-

Hausse après les stocks américains, sur un marché anxieux

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole gagnaient du terrain mercredi en fin d'échanges européens, après une hausse des stocks américains moins importante que redouté par les opérateurs, mais le marché restait très nerveux, toujours hanté par les inquiétudes sur la demande mondiale de brut.


Vers 16H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai s'échangeait à 120,09 dollars, en hausse de 21 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 1,31 dollar à 102,33 dollars.

Après avoir perdu mardi près de 1,50 dollar à New York et près de 3 dollars à Londres, les cours du baril tentaient mercredi de reprendre leur souffle, dans un marché sans grande conviction, mais aidé quelque peu par les chiffres hebdomadaires des stocks américains - baromètre de la demande du pays.

Selon le Département américain de l'Energie (DoE), les réserves de brut aux Etats-Unis ont progressé de 2,8 millions de barils lors de la semaine achevée le 6 avril, un chiffre légèrement supérieur aux attentes des analystes mais très en-deçà du bond de 6,6 millions de barils évoqué mardi soir par la fédération professionnelle API.

Par ailleurs, "les chiffres de la demande américaine cette semaine était relativement robustes, puisque la consommation pétrolière totale a augmenté de 800'000 barils par rapport à la semaine précédente", soulignait Torbjorn Kjus, analyste de DnB Bank.

"De plus, même s'il est difficile de trouver ce rapport très optimiste dans son ensemble, les chutes des stocks d'essences et de distillats, plus fortes que les moyennes saisonnières pour cette période de l'année, est un signal positif", poursuivait M. Kjus.

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont ainsi chuté de 4 millions de barils, une baisse vingt fois plus importante qu'attendu, tandis que les stocks d'essence se sont repliés de 4,3 millions de barils, plus que le recul de 1,4 million de barils estimé par les analystes.

"Il n'en reste pas moins que les stocks américains de brut continuent de gonfler à une époque de l'année où ils reculaient nettement l'an dernier", ce qui entretient les appréhensions sur la solidité de la demande des Etats-Unis, commentait Olivier Jakob, analyste du cabinet suisse Petromatrix.

Selon lui, le fait que les prix restent prisonniers d'une fourchette étroite à un niveau élevé "ne s'explique pas par les facteurs de l'offre et de la demande actuellement sur le marché, mais plutôt en grande partie par les incertitudes entourant l'impact des sanctions internationales contre l'Iran".

Les experts redoutent que ces sanctions, et notamment un embargo pétrolier contre Téhéran qui sera mis en place d'ici à juillet par l'Union européenne (UE), ne perturbent fortement l'offre de brut du Moyen-Orient.

L'Iran a affiché sa fermeté mercredi, à trois jours de la reprise des négociations nucléaires, demandant aux Occidentaux d'abandonner le "langage de la force" et annonçant l'arrêt des ventes de pétrole à plusieurs pays européens.

D'un autre côté, le moral des investisseurs restait plombé par les inquiétudes sur la solidité de la demande mondiale, alimentées par la crise de la zone euro, un ralentissement des importations chinoises de brut et de mauvais chiffres sur l'emploi américain.

L'agence gouvernementale américaine EIA a revu mardi en nette baisse son estimation de demande mondiale en pétrole cette année.

ft



(AWP / 11.04.2012 18h45)


Commenter Hausse après les stocks américains, sur un marché anxieux

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite