Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésite, tiraillé entre la Grèce et les inquiétudes sur l'offre

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole connaissaient des sorts contrastés lundi en fin d'échanges européens, tiraillés entre le regain de craintes en zone euro face à l'enlisement de la crise grecque et les inquiétudes sur les approvisionnements de brut de l'Iran et du Nigeria.


Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 115,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, progressant de 63 cents par rapport à la clôture de vendredi.

En revanche, sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 94 cents à 96,90 dollars.

Les cours de l'or noir renouaient avec la nervosité après la forte hausse de vendredi, où le Brent avait grimpé de plus de 2,50 dollars dans un marché revigoré par la baisse inattendue du taux de chômage américain.

"Entre-temps, l'attention du marché est revenue sur la situation de la Grèce, où le gouvernement doit se prononcer sur les mesures supplémentaires d'austérité imposées" par les bailleurs de fonds internationaux "afin d'éviter un effondrement financier du pays", soulignait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

Les partis politiques de la coalition gouvernementale grecque ne sont toujours pas parvenus à surmonter leurs objections aux mesures d'austérité demandées par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) pour obtenir le déblocage d'un nouveau prêt vital d'au moins 130 milliards d'euros.

Par ailleurs, les négociations entre Athènes et ses créanciers privés sur la réduction de la dette du pays n'ont toujours pas abouti, entretenant le spectre d'une cessation de paiement de la Grèce en mars.

"Les incertitudes persistantes sur un possible défaut de paiement de la Grèce pouvaient conduire les investisseurs à engranger quelques bénéfices, d'autant que les prix évoluent plutôt dans le haut de la fourchette" observée depuis début janvier, avertissaient les analystes de Commerzbank.

Signe de la défiance des opérateurs pour les actifs jugés plus risqués, "les Bourses et les marchés des matières premières ont trébuché de concert, dans des échanges extrêmement nerveux et volatils, et l'euro s'est trouvé lui aussi sous pression", a ajouté Mme Sokou.

Le renchérissement du dollar face à un euro affaibli rend moins attractifs les achats de brut, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises.

Cependant, le Brent coté à Londres est parvenu à repasser dans le vert en fin d'échanges européens, soutenu notamment par un sursaut de l'euro face au billet vert mais aussi par les inquiétudes toujours vives sur les approvisionnements de brut en provenance d'Iran ou d'Afrique.

"Si l'embargo pétrolier (de l'Union européenne) contre l'Iran se maintient" ou si le détroit d'Ormuz, par lequel transitent 35% du trafic maritime pétrolier mondial, est fermé par Téhéran, "le baril devrait atteindre 150 ou 160 dollars", a ainsi déclaré lundi Ali al-Hajeri, un responsable de la compagnie pétrolière nationale du Koweit.

Les investisseurs surveillaient par ailleurs le Nigeria, premier producteur d'or noir d'Afrique, où le Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger, principal groupe armé du sud du pays, a conduit samedi une attaque contre un oléoduc, tout en menaçant de poursuivre leurs actions.

Les attaques de ce groupe avaient fait chuter de moitié la production pétrolière du pays au plus fort de ses actions entre 2007 et 2009, avant une accalmie de près de deux ans.

fah



(AWP / 06.02.2012 18h41)


Commenter Le brut hésite, tiraillé entre la Grèce et les inquiétudes sur l'offre

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite