Menu
RSS
A+ A A-

Le brut hésite après les stocks américains et des indicateurs mitigés

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole évoluaient de façon contrastée jeudi en cours d'échanges européens, alors que le marché digérait une vive hausse de stocks de brut et des indicateurs mitigés aux Etats-Unis, et se montrait prudent à la veille du rapport mensuel sur l'emploi américain.


Vers 11H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 111,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 31 cents par rapport à la clôture de mercredi.

En revanche, dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 69 cents à 96,92 dollars.

"Le moral des investisseurs a été plombé par le rapport du Département américain de l'Energie (DoE)", qui a fait état mercredi d'une hausse de 4,2 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis sur la semaine achevée le 27 janvier, soulignaient les analystes du cabinet viennois JBC Energy.

Dans la foulée, l'écart entre le WTI new-yorkais et le Brent échangé à Londres, les deux prix de référence sur les marchés pétroliers, s'est de nouveau creusé, atteignant 14 dollars, la plus grosse différence enregistrée depuis novembre.

Selon JBC Energy, cet écart a été accentué par un bond de 1,5 million de barils des stocks de brut à Cushing, principal terminal pétrolier des Etats-Unis, situé dans l'Oklahoma (sud), qui a renforcé la pression sur le WTI. Celui-ci reflète en effet l'offre de brut texan - entreposée principalement à Cushing.

Par ailleurs, "la demande américaine d'essence est extrêmement basse (...) la hausse des stocks d'essence américains (+3 millions de barils la semaine dernière) suggère une destruction de la demande plus importante que lors de la crise de 2008", indiquait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix.

Des indicateurs mitigés publiés mercredi n'étaient pas de nature à rassurer les investisseurs: si l'activité manufacturière aux Etats-Unis s'est accélérée en janvier, les embauches des entreprises privées américaines ont en revanche nettement ralenti, de mauvais augure avant le très attendu rapport mensuel sur l'emploi et le chômage dont la diffusion est prévue vendredi.

Par ailleurs, les opérateurs restaient attentifs à la situation en Grèce, toujours en négociation avec ses créanciers privés pour trouver un accord sur la réduction de la dette du pays, un accord crucial pour éviter un défaut de paiement.

Le Brent restait cependant toujours soutenu par les inquiétudes persistantes sur l'offre, alors que les tensions restent vives entre les pays occidentaux et l'Iran, où des parlementaires étudient la possibilité de suspendre immédiatement les exportations de brut à l'Europe, en réponse à la décision d'un embargo progressif de l'Union européenne (UE) sur le brut iranien.

Les investisseurs tournaient également leur attention vers le Soudan du sud, qui a suspendu cette semaine sa production de brut (350.000 barils par jour) en raison d'un différend avec le Soudan, qu'il accuse de prélever une partie du pétrole sud-soudanais en transit sur son territoire.

La Chine et le Japon, respectivement deuxième et troisième pays consommateurs de brut, "sont particulièrement vulnérables à une perturbation prolongée de la production au Soudan du sud car le pays couvre 5% des importations chinoise de brut", rappelait Soozhana Choi, analyste de Deutsche Bank.

sm



(AWP / 02.02.2012 13h00)


Commenter Le brut hésite après les stocks américains et des indicateurs mitigés

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite