Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule, le marché digère les chiffres des stocks américains

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole tempéraient leur recul mercredi en fin d'échanges européens, alors que le marché digérait les chiffres hebdomadaires des stocks américains, tout en restant inquiets de la situation de la zone euro, où se poursuivaient les discussions sur la dette grecque.


Vers 17H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 109,89 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 14 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 23 cents à 98,72 dollars.

Les cours du baril, qui ont évolué en légère baisse pendant la plus grande partie des échanges européens, ont fortement limité leurs pertes après la publication du rapport hebdomadaire du Département américain de l'Energie (DoE).

"L'impression générale de ce rapport est plutôt de nature à soutenir les cours", commentait Torbjorn Kjus, analyste de DNB Markets, en notant le repli des stocks de produits raffinés et "une progression massive de la demande de produits pétroliers" aux Etats-Unis.

Ainsi, les stocks d'essence ont enregistré une baisse inattendue de 400'000 barils sur la semaine achevée le 21 janvier, tandis que les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillées en période hivernale, ont reculé de 2,5 millions de barils, une baisse cinq fois plus importante qu'anticipé par les analystes.

Par ailleurs, "l'augmentation sensible des stocks de brut reflète surtout des fluctuations erratiques dans les importations américaines de brut. Sur deux semaines, ces stocks sont pratiquement restés inchangés", ajoutait M. Kjus.

Les stocks de brut ont crû de 3,6 millions de barils, cinq fois plus qu'attendu par les analystes, mais bien inférieur au bond spectaculaire de 7,3 millions de barils prédit mardi soir par l'organisme professionnel American Petroleum Institute (API).

Les inquiétudes sur la consommation énergétique mondiale peinaient cependant à se dissiper, alors que le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé mardi ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale.

"La demande pétrolière mondiale (...) est freinée par le ralentissement économique général, mais également par un hiver particulièrement doux en Amérique du Nord et en Europe", commentaient les experts de Commerzbank.

De plus, "les prix sont sous pression (depuis mardi) face à l'absence d'accord entre la Grèce et ses créanciers privés" sur la dette du pays qui entretient les inquiétudes sur la zone euro, pointait David Hart, analyste du courtier Westhouse Securities.

Les investisseurs gardaient les yeux tournés vers la Grèce, où se prolongent les tractations entre le gouvernement et les créanciers privés sur un effacement partiel de la dette du pays, les discussions continuant d'achopper sur les taux d'intérêts concédés pour la dette restante.

Sur le front de l'offre, les tensions dans le dossier iranien étaient par ailleurs quelque peu retombées, après l'accord de l'Union européenne (UE) lundi sur un embargo graduel sur le brut d'Iran.

Toutefois, la détermination de l'Arabie saoudite à compenser le manque de pétrole iranien "pourrait être considérée comme une agression par Téhéran et jeter de l'huile sur le feu dans la région", avertissaient les analystes du courtier PVM, estimant que les opérateurs resteront très attentifs à toute perturbations de l'offre.

rp



(AWP / 25.01.2012 18h39)


Commenter Le brut recule, le marché digère les chiffres des stocks américains

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite