Menu
RSS
A+ A A-

Le brut progresse toujours, le marché digère une baisse des stocks

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole restaient en hausse jeudi en fin d'échanges européens, dans le sillage des Bourses et du marché des devises, après une annonce du Fonds monétaire international (FMI) qui s'est la veille dit prêt à débourser davantage pour lutter contre la crise.


Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s'échangeait à 111,18 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 52 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en février gagnait 50 cents à 101,09 dollars.

"Quand les Bourses sont de bonne humeur, le pétrole n'est jamais très long à suivre" le mouvement, commentaient Tamas Varga, analyste chez PVM.

Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué mercredi souhaiter disposer d'au moins 500 milliards de dollars supplémentaires pour faire face à la crise de la zone euro et ses retombées sur l'économie mondiale.

Un renforcement des capacités de prêt du FMI est de nature à rassurer les investisseurs - comme le montrait la bonne tenue des marchés d'actions, car il implique un flot de liquidité renforcé susceptible de soutenir également les achats de brut, notaient des analystes.

Dans ce contexte, les cours de l'or noir étaient portés par un accès de faiblesse du dollar, évoluant jeudi à son niveau le plus faible depuis deux semaines face à l'euro. La faiblesse du billet vert rend plus attractifs les achats de matières premières, comme le brut, libellées dans la devise américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

De plus, l'association professionnelle américaine API a fait état mercredi d'une baisse inattendue de près 4,81 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 13 janvier.

Ces chiffres ont trouvé confirmation jeudi dans le rapport hebdomadaire officiel sur les réserves d'or noir du premier consommateur mondial, diffusées par le Département américain de l'Energie (DoE).

Contrairement aux attentes, les stocks de brut ont reculé de 3,4 millions de barils. Mais le rapport était globalement mitigé, notaient des analystes, alors que les réserves d'essence ont progressé plus que prévu, gonflant de 3,7 millions de barils tandis que les stocks de produits distillés (dont gazole et fioul de chauffage) se sont étoffés moins qu'anticipé, en hausse de 438,000 barils.

De plus, pour Torbjorn Kjus, analyste de DNB Bank, la baisse inattendue des stocks de brut reflète surtout un recul des importations et de l'activité des raffineries tandis que la demande reste en berne, comme le montrent les hausses des stocks d'essence et de produits distillés.

Cependant, la hausse des cours restait modérée, car "la prime liée aux risques géopolitiques est proche de basculer alors que l'Iran a indiqué son intention de s'asseoir à la table des négociations sur son programme nucléaire", notaient les analystes du cabinet viennois JBC Energy.

L'Iran a affirmé jeudi n'avoir jamais dans son histoire tenté de fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite une quantité importante du pétrole transporté par voie maritime dans le monde.

Fin décembre, Téhéran avait menacé de fermer le détroit, par lequel transite environ 35% du transport maritime pétrolier mondial, face aux sanctions engagées par les pays occidentaux pour empêcher les exportations pétrolières de l'Iran, et pousser ce pays à renoncer à son programme nucléaire controversé.

fah



(AWP / 19.01.2012 18h31)


Commenter Le brut progresse toujours, le marché digère une baisse des stocks

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite