Menu
RSS
A+ A A-

Le brut limite ses gains à Londres, rechute à New York, la demande pèse

  • Écrit par Cours du baril
prix-du-petrole Londres Londres : Les cours du pétrole évoluaient de façon contrastée mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché plombé par les perspectives moroses de la demande énergétique mondiale, en dépit d'un regain d'optimisme sur la crise en zone euro et d'un accès de faiblesse du dollar.


Vers 16H15 GMT (18H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre s'échangeait à 111,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 52 cents par rapport à la clôture de mardi.

Il limitait sa progression après avoir grimpé vers 14H40 GMT jusqu'à 113,00 dollars, son plus haut niveau depuis près d'un mois.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance s'affichait quant à lui en recul, perdant 44 cents à 85,37 dollars.

"Les prix continuent d'être dominés par la situation macroéconomique" mondiale, commentait Amrita Sen, analyste de Barclays Capital.

"L'appétit (des investisseurs) pour les actifs jugés risqués s'est un peu accru au cours des derniers jours", observait-elle, ce qui a profité aussi bien aux marchés actions qu'aux matières premières.

Ce regain d'optimisme des opérateurs était alimenté par des déclarations de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a assuré que le renforcement du Fonds de secours de la zone euro (FESF) serait bien ratifié d'ici la fin octobre malgré l'échec d'un premier vote en Slovaquie, dernier des 17 pays membres de l'Union monétaire à se prononcer sur le sujet.

Valeur considérée comme sûre, le billet vert a ainsi nettement perdu de la vigueur mercredi, tombant face à l'euro à son niveau le plus faible depuis le 16 septembre: cet affaiblissement rendait plus attractifs les achats de brut, libellés en dollars, pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les prix ont cependant effacé leurs gains sur le marché new-yorkais et limitaient leur hausse à Londres, dans un marché digérant des perspectives moroses sur la consommation énergétique mondiale.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a ainsi de nouveau révisé à la baisse ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2011 et 2012 en raison du ralentissement économique, dans son rapport mensuel publié mercredi.

La veille, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait déjà abaissé ses prévisions de demande mondiale de brut en 2011 et 2012.

Un peu plus tard mercredi, c'est l'agence gouvernementale américaine d'information sur l'Energie (EIA) qui a légèrement abaissé sa prévision de consommation pétrolière mondiale pour l'année prochaine, mettant en avant les incertitudes qui pèsent sur l'économie mondiale.

De plus, pour Olivier Jakob, de Petromatrix, les prix actuellement élevés du brut, au-dessus de 110 dollars, risquent également de "déclencher une nouvelle vague de destruction de la demande".

Cependant, l'AIE "a aussi souligné que la demande pétrolière des derniers mois à progressé à un rythme certes modéré, mais stable, ce qui suggère que nous ne sommes pas dans une reprise de l'activité économique mais pas non plus dans une spirale baissière de la demande" de brut, a tempéré Mme Sen.

Sur le front géopolitique, si la tension montait entre les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et l'Iran, sur fond d'accusation américaine impliquant l'Iran dans un projet d'assassinat de l'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, elle ne devrait pas avoir d'impact sur les cours, notaient de leur côté les analystes de Commerzbank.

En raison d'un jour férié aux Etats-Unis lundi, les chiffres hebdomadaires des réserves américaines d'or noir seront publiés jeudi, et non mercredi, par le département américain de l'Energie (DoE).

mm



(AWP / 12.10.2011 19h01)


Commenter Le brut limite ses gains à Londres, rechute à New York, la demande pèse

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir


Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En octobre 2016, le prix du pétrole augmente à nouveau nettement

Le mercredi 16 novembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2016, le prix du pétrole en euros augmente vivement (+9,6 % après +0,1 %) pour s'établir à 45,1 € en moyenne par baril. Le prix du Brent est plus élevé qu'un an auparavant (+5,4 %). Le prix du pétrole augmente nettement En octobre, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente nettement (+9,6 % après +0,1 %), à la suite de l'annonce par l'OPEP d'un possible accord de réduction de la production. En dollars, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+7,7...

Lire la suite

En août 2016, léger rebond du prix du pétrole

Le mardi 20 septembre 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

En août 2016, le prix du pétrole en euros se redresse légèrement (+1,0 % après -5,6 %).À 41,2 € en moyenne par baril, le Brent se rapproche de son niveau d'il y a un an (42,2 €). Le prix du pétrole se redresse légèrement En août, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) se redresse modérément (+1,0 % après -5,6 %), retrouvant la tendance haussière qu'il suivait entre février et juin. Ce rebond est plus marqué en dollars (+2,4 % après -7,0 %), l'euro s'étant légèrement apprécié au cours...

Lire la suite

L'Economie pétrolière illustrée

Le lundi 29 août 2016 - Comprendre l'industrie pétrolière

Découvrez en images quelques points clés de l'économie pétrolière en 2016. Des chiffres et graphiques impressionnants liés au commerce du pétrole ainsi que sa nécessité dans nos économies modernes. Consultez l'état du paysage économique pétrolier international résumé en 25 points :      La production de pétrole dans le monde      La demande mondiale      Top 5 des pays producteurs      Exportation mondiale du pétrole brut      Top 5 des exportateurs de pétrole      Importation du pétrole brut dans le monde      Top 5 des importateurs de pétrole brut      Pays au plus faible taux d'importation de pétrole      Réserves mondiales de pétrole     Les 5 plus grandes réserves de pétrole par...

Lire la suite